Skip to content

October 21, 2020

British Columbia First Nation addresses digital divide

Français

A new broadband network established by the Klemtu First Nation in Klemtu, B.C. aims to connect residents, generate social, professional and economic opportunities, and foster community resilience. 

Across Canada, rural and remote First Nations face a significant digital divide. In the context of First Nations, Inuit, and Metis communities in Canada, the digital divide refers to the unequal distribution in access, use of, or impact of broadband connectivity and digital and communications technologies that exist between many Indigenous communities (especially in rural and northern areas), and urban and southern communities. 

To address this challenge, some communities are working towards a variety of innovative, locally driven broadband development initiatives. Among them is Klemtu, a remote First Nation village of 500 people nestled in a small harbour along the shores of Swindle Island in British Columbia that is only accessible by boat or float-plane.  

Since 2018, the Kitasoo-Xai’xais people of Klemtu First Nation have been involved in a first mile initiative, which aims to deliver digital connectivity to households and businesses in rural, remote, and northern communities. Like other Coastal First Nations, the Kitasoo-Xai’xais are working to establish a regional telecom network infrastructure that can fully meet service delivery needs for broadband connectivity and cell phone service in the Great Bear region, a rainforest that covers 6.4 million hectares on British Columbia’s north and central coast. 

Klemtu resident and Climate Action Coordinator Barry Edgar recently participated as a panelist at one of the Community Solutions Network’s virtual Collision Days and spoke about the unique assets and demands of being a small community as it relates to connectivity. 

In 2018, after local governments and First Nations identified the high cost of infrastructure as one of the key barriers to expanding internet services, a 3.5-million-metre fibre-optic cable going from north of Prince Rupert to Vancouver Island was placed under the Pacific Ocean.  

“Each community is now in charge of paying for their connectivity through the fibre optics cable. They also have discretion over whether to do it or not. My community is definitely interested in it,” said Edgar.  

The Kitasoo-Xai’xais ultimately intend to create a community-owned, in-house IT company with control over and operation of the broadband network while leasing the hardware. Aside from increased self-sufficiency, the community broadband network aims to generate social and professional opportunities, enhance economic development, and foster community resilience. The administration will be integrated within municipality operations, and the Kitasoo Band Council will be responsible for collecting payment, issuing equipment, and connecting residents to the internet.  

For Edgar, starting their own broadband company was an obvious choice for the people of Klemtu: as telecom companies do not service their area, there was no preexisting partnership to build upon. Currently, the community collaborates with Conuma Cable, a Vancouver-based company that handles hardware issues and repairs. While this collaboration will most likely continue in the short term as the village upgrades their infrastructure in anticipation of fibre optic connectivity, the Klemtu First Nation will eventually identify individuals within their community to do the maintenance and repair work. “We don’t want to outsource that work to a third-party,” said Edgar.   

Technology to create smarter & more connected communities 

According to Edgar, the ongoing COVID-19 pandemic truly amplified his community’s need for connectivity: “COVID simply showed how little bandwidth we have here. In September, we had a potential COVID case which fortunately turned out to be false. The community went into a lockdown – everybody was streaming videos and the internet went slow to a crawl,” said Edgar. “It used to be noticeable before COVID at peak hours, but now it just seems to be all the time.  And it’s not just the streaming! Schoolchildren and university students are also learning remotely, and that takes bandwidth.”  

Although Kitasoo officials did not seek approval from Klemtu residents, it appears clear to Edgar that most people are in favour of the project. “People here want a faster connection. Until 2008, there was barely any internet and cell service in Klemtu. We’re a good 10 years behind big cities like Vancouver or Toronto” explained Edgar. In the upcoming months, the analog service that is currently in place in Klemtu will be discontinued, forcing the residents to adapt to new ways. 

Connected technology is at the heart of smart city building for municipalities and communities of all sizes. A highlight of Edgar’s recent participation in the British Columbia Collision Day was the opportunity to share insights with peers and meet SMEs that offer relevant smart solutions that his community could utilize. One connection, for example, would allow Edgar to disseminate his knowledge about community operations by recording videos and share them with fellow local city builders. This smart solution could present an alternative to in-person teaching, allow the community to build collective expertise, and improve service delivery over time.  

A more connected future ahead 

This broadband project is not the only major endeavor happening in Klemtu. Following a 1.7-megawatt upgrade to their hydropower facility, made possible by a $4.6M grant from British Columbia’s Renewable Energy for Remote Communities (RERC) program, the village has recently fully transitioned from diesel power to locally sourced renewable energy.  

With the savings, the community intends to address its housing shortage by supporting the creation of new homes and infrastructure such as a wastewater treatment plant and a larger water treatment facility. 

While there are over 500 members registered in the Klemtu First Nation, only about 300 have their residence on reserve due to limited housing availability. The other members are spread across Prince Rupert and Vancouver. In the upcoming years, Klemtu will utilize their city-owned forestry company to install new roads and add neighborhoods to the community, providing an opportunity to accommodate returning Klemtu members. 

In a rapidly evolving digital society, when the COVID-19 pandemic has fundamentally changed the way residents live, work and play, broadband connectivity is increasingly critical. This is especially true for remote First Nations communities, where digital connectivity is essential to residents’ access to improved healthcare, social, land stewardship, economic and governance services. Through his community’s innovative projects, Barry Edgar wants to encourage other First Nations to take the leap and implement smart solutions to create safer, more connected and sustainable communities. 


 

Une Première Nation en Colombie-Britannique tente de combler le fossé numérique

Un nouveau réseau à large bande mis en place par la Première Nation Kitasoo/Xai’xais de Klemtu, en Colombie-Britannique, vise à connecter les résidents à une infrastructure de communication efficace, à créer des occasions sociales, professionnelles et économiques et à favoriser la résilience communautaire.

Partout au Canada, les communautés rurales et éloignées des Premières Nations sont confrontées à un important fossé numérique. Dans le cas des communautés autochtones (Premières Nations, Inuits et Métis) au Canada, le fossé numérique est la répartition inégale de l’accès à la connexion à large bande et aux technologies de communication numériques, de leur utilisation ou de leurs retombées entre bon nombre de communautés autochtones (notamment dans les régions urbaines et septentrionales) et les communautés urbaines et du Sud. Pour remédier à ce problème, certaines communautés travaillent à diverses initiatives novatrices de développement des services à large bande administrées localement. L’une de ces communautés est Klemtu, un village éloigné des Premières Nations comptant 500 habitants, niché dans un petit havre sur la côte de l’île Swindle en Colombie-Britannique et accessible uniquement par bateau ou par hydravion.

Depuis 2018, les membres de la Première Nation Kitasoo/Xai’xais de Klemtu participent à l'initiative du « premier kilomètre » visant à offrir une connectivité numérique aux foyers et aux entreprises des communautés rurales, éloignées et septentrionales. Comme d’autres Premières Nations de la côte, les Kitasoo/Xai’xais s’efforcent de mettre en place une infrastructure régionale de réseau de télécommunication permettant de répondre à tous les besoins liés à la prestation de services de connectivité à large bande et de téléphonie cellulaire dans la région de Great Bear, une forêt pluviale d’une superficie de 6,4 millions d’hectares sur la côte septentrionale et centrale de la Colombie-Britannique.

Barry Edgar, résident et coordinateur de l’action pour le climat de Klemtu, a récemment participé en tant qu’expert du groupe de discussion à une Journée de collision virtuelle du Réseau de solutions pour les communautés. Il a abordé les atouts et les besoins uniques des petites communautés en matière de connectivité.

En 2018, après que les administrations locales et les Premières Nations ont reconnu le coût élevé de l’infrastructure comme l’un des principaux obstacles à l’extension des services Internet, un câble à fibres optiques de 3 500 km allant du nord de Prince Rupert à l’île de Vancouver a été installé au fond de l’Océan Pacifique.

« Chaque communauté est désormais responsable de payer pour se connecter au réseau par câble à fibres optiques et a le choix de le faire ou non. Ma communauté est clairement intéressée. », a affirmé M. Edgar.

À terme, les Kitasoo/Xai’xais souhaitent créer une quasi-régie communautaire de TI pour contrôler et exploiter le réseau à large bande, ainsi que pour louer le matériel. Le réseau à large bande communautaire vise non seulement à améliorer l’autosuffisance, mais aussi à générer des occasions sociales et professionnelles et à favoriser le développement économique et la résilience communautaire. L’administration du réseau sera intégrée aux activités municipales, et le conseil de bande Kitasoo sera responsable de recueillir les paiements, de fournir l’équipement et de connecter les résidents à Internet.

Selon M. Edgar, les habitants de Klemtu considéraient comme une évidence le fait de se doter de leur propre entreprise de services à large bande, compte tenu que les entreprises de télécommunications ne servent pas leur région, et qu’il n’existait donc aucun partenariat sur lequel s’appuyer. Actuellement, la communauté collabore avec Conuma Cable, une entreprise de Vancouver spécialisée dans le dépannage et la réparation de matériel informatique. Cette collaboration devrait se poursuivre à court terme, le temps que le village améliore son infrastructure pour se préparer à la connectivité à fibres optiques, mais la Première Nation Kitasoo/Xai’xais de Klemtu devra ultimement trouver au sein de la communauté des personnes capables d’effectuer la maintenance et les réparations. « Nous ne voulons pas déléguer ces tâches à un tiers », a expliqué M. Edgar.

Créer des communautés intelligentes et connectées grâce à la technologie

Selon M. Edgar, la pandémie de COVID-19 en cours a grandement exacerbé les besoins de connectivité de sa communauté : « La COVID a tout simplement prouvé que la bande passante dont nous disposons est très insuffisante. Il y a deux semaines, nous avons eu un cas potentiel de COVID. Heureusement, il s’agissait d’une fausse alerte. La communauté a dû entrer en confinement. Tout le monde regardait des vidéos, et la connexion Internet est devenue incroyablement lente. », a raconté M. Edgar. « C’était déjà perceptible aux heures de pointe avant la COVID, mais maintenant il semble que ce soit permanent. Et ce n’est pas seulement à cause des vidéos en continu! Les cours des élèves et des étudiants se déroulent à distance, ce qui consomme également de la bande passante. »

Bien que les représentants des Kitasoo n’aient pas demandé l’approbation des résidents de Klemtu, il est clair pour M. Edgar que la plupart d’entre eux sont favorables au projet. « Les résidents veulent une connexion plus rapide. Jusqu’en 2008, il n’y avait presque aucun service Internet et cellulaire à Klemtu. Nous avons au moins 10 ans de retard sur les grandes villes comme Vancouver ou Toronto », a expliqué M. Edgar. Au cours des prochains mois, le service analogique en place à Klemtu sera abandonné, ce qui forcera les résidents à s’adapter.

Les technologies connectées sont au cœur de l’aménagement de villes intelligentes pour les municipalités et les communautés de toutes tailles. La récente participation de M. Edgar à la Journée de collision en Colombie-Britannique lui aura notamment permis d’échanger avec ses pairs et de rencontrer les représentants de PME offrant des solutions intelligentes adéquates que sa communauté pourrait mettre en place. Une connexion permettrait par exemple à Edgar de diffuser ses connaissances au sujet des activités communautaires en enregistrant des vidéos et en les partageant avec d’autres acteurs locaux de l’aménagement urbain. Cette solution intelligente peut constituer une solution de remplacement à l’enseignement en personne, permettre à la communauté de constituer une expertise collective et améliorer la prestation des services au fil du temps.

Vers un avenir connecté

Le projet de connexion à large bande n’est pas la seule entreprise d’envergure en cours à Klemtu. À la suite d’une augmentation de puissance de 1,7 mégawatts de la centrale hydroélectrique, rendue possible par un financement de 4,6 M$ du programme Énergie propre pour les collectivités rurales et éloignées, le village est récemment passé de l’énergie diesel à l’énergie renouvelable d’origine locale.

La communauté a l’intention d’investir les économies réalisées pour financer la création de nouvelles habitations et ainsi s’attaquer à son problème de pénurie de logements, et pour construire des infrastructures telles qu’une usine de traitement des eaux usée et une grande installation de traitement de l’eau.

La Première Nation Kitasoo/Xai’xais de Klemtu compte plus de 500 membres inscrits, mais seulement 300 d’entre eux environ résident sur la réserve en raison de la pénurie de logements. Les autres membres sont dispersés à Prince Rupert et à Vancouver. Dans les années à venir, les habitants de Klemtu profiteront des services de l’entreprise forestière municipale pour construire de nouvelles routes et ajouter des quartiers à la communauté afin d’accueillir les membres qui souhaitent revenir.

Dans une société numérique en évolution rapide où la COVID-19 a profondément changé la vie, l’activité professionnelle et les loisirs des résidents, la connectivité à large bande est toujours plus essentielle. C’est d’autant plus vrai pour les communautés éloignées des Premières Nations, dans lesquelles la connectivité numérique est cruciale pour permettre aux résidents d’accéder à de meilleurs services de santé, sociaux, d’aménagement du territoire agricole, économiques et de gouvernance. Barry Edgar espère que les projets novateurs de sa communauté encourageront d’autres Premières Nations à franchir le pas et à mettre en place des solutions intelligentes pour créer des communautés plus sûres, plus connectées et plus durables.