Skip to content
Young people working around a computer.

September 25, 2018

Building open, smart cities: Q&A with Jean-Noé Landry

Jean-Noé Landry is Executive Director of OpenNorth. As an open government expert, he convenes and trains data stakeholders, designs and mediates multi-stakeholder initiatives, and builds local and international partnerships to scale innovation and strengthen peer-to-peer learning. He has led OpenNorth to advise senior decision makers with all levels of Canadian government on national and urban data strategies and issues, as well as positioned OpenNorth among leading international organizations specialized in open government and open smart cities.

For more from Jean-Noé, read our Q&A below in both English and French.

A headshot of Jean Noe Landry.

How do you think open data could transform our cities into ones that are inclusive and resilient?

Open data doesn't transform cities on its own. The notion of open data creates an opportunity to bring people together inside and outside public administrations to talk about the availability or unavailability of data, the quality of that data, what the data says (or not) about the urban development problems that communities and stakeholders are facing, and how these can collaborate more effectively with existing, new, or complementary data sources to better understand, frame, and resolve these issues. That's why the open data community speaks of publishing with purpose, as open data needs to weave itself into problem-framing conversations, urban planning, and service design and delivery. Publishing with purpose needs to be included or else it lacks an appreciation of the context of the users of data. Through our work in Canada and internationally, we're seeing a new field emerging as open data advocates and experts are connecting and collaborating with urban resilience practitioners who know a great deal about resilience issues but don't often have specialized data skills. Open data practitioners, on the other, hand benefit from the urban issues context that urban resilience practitioners can offer. 

What was the moment that ignited your passion for open data? 

Before getting involved in the open data movement more than a decade ago, I had been working in democratic transitions contexts and war affected situations in the Balkans, Russia, Georgia, the West Bank, and Kenya for several years with international development organizations. I was witnessing the emergence of technology's impact to strengthening democratic institutions and processes, such as election monitoring, citizen engagement, transparency initiatives. When I was working in Kenya to help establish a multi-party youth forum, I came across local tech savvy activists who were speaking about the need to "open up" data in machine-readable format to better understand and expose corruption. I remember thinking that neither corruption nor the potential benefits of opening up data were culturally or context specific. So I decided to come back to Canada and co-founded OpenMontreal, an open data citizen initiative with the primary objective of demonstrating the value of open data and getting the city to adopt an open data policy. Our advocacy strategy initially focused on the democratic and economic benefits of open data, but our real ambition was to demonstrate the value-added of open data to tackle the corruption and collusion issues which were being exposed at the time. We (the diverse community of stakeholders) did this after the city had adopted its open data policy.

What do you think is the future of smart and open cities in Canada and around the world?

It's not a straight forward question to answer because we're dealing with two very fluid concepts. The federally-funded Open Smart Cities project enabled OpenNorth's applied research team to document the relationship between open cities and smart cities across Canada and internationally. Our assumptions were that the 'smart city' is part of a socio-technical discourse situated within data-driven networked urbanism, that is shaped, defined and influenced by actors. Moreover, that there is no such thing as a one "smart city" but instead there are many smart cities that differ by the context of where they are being operationalized and by 'smart city' actors. Unsurprisingly, we found that there are many private sector actors involved in smart cities and very few civil society organizations with influence. While there are many positive promises of well-being, citizen empowerment, sustainability, efficiency and data informed decision-making, the future of open smart cities requires more privacy, security, transparency, and openness guidelines. Our main takeaways, which inform how we view the future of open smart cities, were that we need to identify issues to be resolved with technology instead of technology looking for issues, recognize that more data does not mean better governance, and fundamentally question the innovation bias of smart cities in order to set forth a vision of smart city that is best for the city and its residents.

What is the connection you see between data and technology, and civic engagement?

Cities are the level of government closest to residents and where practices of consultation and participation in governance, urban plans and development projects are most common. At OpenNorth we believe that an open smart city is participatory, collaborative, and responsive. It is a city where government, civil society, the private sector, the media, academia and residents meaningfully participate in the governance of the city and have shared rights and responsibilities. This entails a culture of trust and critical thinking and fair, just, inclusive, and informed approaches. We need to translate these principles into concrete engagement practices that empower citizens to set the terms of use and intended purpose of technology and government information management transparency and accountability standards. The Government of Canada's Smart Cities Challenge required city applicants to develop their proposals in collaboration with residents. The City of Guelph collects via their Citizen Relationship Manager software requests for projects from residents that have been adapted into city requests for proposals for new technologies. The City of Barcelona’s whistleblowing platform, Bústia Ètica, enables a secure way for citizens to anonymously report cases of corruption. In Finland, the National Data Exchange Layer enables an interface (i.e., Soumi.fi) that provides a view of what the government knows about an individual citizen.

What are some of the top challenges you think our cities are facing?

Data governance and interoperability are some of the most pressing challenges that we are focused on at the moment. As an intermediary, OpenNorth leverages capacity building and strategic planning opportunities with its city partners to strengthen horizontal and vertical interoperability. While cities consist of urban networks they are also increasingly connected with one another at multiple levels. Data has a multiplier effect. The more quality datasets you have access to, and the easier it is for them to talk to each other, the more potential value you can get from them. Commonly-agreed data standards play a crucial role in making this happen. So we need to better understand data interoperability gaps so that those who collect, publish, maintain, and use data are able to compare and utilize data more fluidly across jurisdictions in order to truly move in the direction of a comprehensive national data ecosystem and strategy. 


Construire des villes ouvertes intelligentes: Entrevue avec Jean–Noé Landry, directeur général de Nord Ouvert

Selon vous, de quelles façons les données ouvertes peuvent‑elles transformer nos villes et les rendre inclusives et résilientes? 

Ce ne sont pas les données ouvertes elles-mêmes qui transforment les villes. Les données ouvertes offrent plutôt l’occasion de rassembler des gens des administrations publiques et d’ailleurs pour discuter de la disponibilité ou de la non-disponibilité des données, de leur qualité, de ce qu’elles révèlent (ou ne révèlent pas) sur les problèmes de développement urbain auxquels font face les communautés et les intervenants ainsi que de la façon dont les communautés et les intervenants peuvent collaborer efficacement avec les sources de données existantes, nouvelles ou complémentaires et ainsi arriver à cerner, à comprendre et à résoudre les problèmes. Voilà pourquoi la collectivité des données ouvertes soutient la publication de données servant un objectif précis. En effet, les données ouvertes doivent être prises en considération dans les conversations visant à définir les problèmes, dans la planification urbaine et dans la conception et la prestation des services. La publication servant un objectif précis doit être inclusive de façon à tenir compte du contexte des utilisateurs des données. Dans le cadre de notre travail au Canada et à l’étranger, nous assistons à l’émergence d’une nouvelle pratique : des promoteurs des données ouvertes et des experts en la matière communiquent et collaborent avec des professionnels de la résilience urbaine. Ces derniers en savent beaucoup sur la résilience, mais détiennent rarement des compétences spécialisées en données. De leur côté, les professionnels des données ouvertes tirent parti de la contextualisation que peuvent offrir les professionnels de la résilience urbaine au sujet des questions urbaines. 

À quel moment votre passion pour les données ouvertes a-t‑elle pris naissance?

Avant de me joindre, il y a plus de au dix ans, au mouvement des données ouvertes, j’ai travaillé plusieurs années dans des contextes de transition démocratique et dans des secteurs touchés par la guerre aux Balkans, en Russie, en Géorgie, en Cisjordanie et au Kenya avec des organisations de développement international. J’étais témoin de l’impact des technologies émergentes dans le renforcement des institutions et des processus démocratiques tels que l’observation électorale, la participation des citoyens et les initiatives de transparence. Lorsque je travaillais au Kenya à l’établissement d’un forum de la jeunesse à parties multiples, j’ai rencontré des activistes locaux, experts en technologie, qui parlaient de la nécessité d’« ouvrir » les données et de les mettre sur des supports lisibles par machine pour comprendre et révéler la corruption. Je me souviens avoir pensé que ni la corruption ni les avantages potentiels de l’ouverture des données ne sont tributaires de la culture ou du contexte. J’ai décidé de revenir au Canada, et j’ai cofondé Montréal Ouvert, une initiative citoyenne en matière de données ouvertes dont l’objectif principal était de démontrer la valeur des données ouvertes et d’amener les villes à adopter une politique sur l’ouverture des données. Notre stratégie de sensibilisation était d’abord axée sur les avantages démocratiques et économiques des données ouvertes, mais notre véritable ambition était de démontrer la valeur ajoutée qu’apporteraient les données ouvertes dans la lutte aux problèmes de corruption et de collusion qui étaient étalés sur la place publique à cette époque. C’est ce que nous (la communauté formée de divers intervenants) avons fait après que la ville a adopté sa politique de données ouvertes. 

Selon vous, quel est l’avenir des villes intelligentes et ouvertes au Canada et ailleurs dans le monde? 

C’est une question complexe, car il s’agit ici de deux concepts très flous. Le projet Les villes ouvertes intelligentes au Canada, financé par le gouvernement fédéral, a permis à l’équipe de recherche appliquée de Nord Ouvert de mettre en évidence la relation entre les villes ouvertes et les villes intelligentes au Canada et à l’étranger. Nos hypothèses de départ étaient que la « ville intelligente » faisait partie d’un discours sociotechnique, qui s’inscrivait dans un urbanisme réseauté guidé par les données, lui-même façonné, défini et influencé par les acteurs, et qu’il n’existait pas une seule « ville intelligente », mais plusieurs, qui se distinguaient par le contexte propre à l’endroit où elles étaient exploitées et par les acteurs qui la composaient. Nous avons constaté, sans surprise, que parmi les acteurs qui s’investissent dans les villes intelligentes, beaucoup proviennent du secteur privé, et très peu sont des organisations influentes de la société civile. Bien que les promesses positives de bien-être, d’autonomisation des citoyens, de durabilité, d’efficacité et de prise de décision fondée sur des données soient nombreuses, plus de lignes directrices sur la vie privée, la sécurité, la transparence et l’ouverture doivent être élaborées pour assurer l’avenir des villes intelligentes ouvertes. Nos principales conclusions, sur lesquelles repose la façon dont nous imaginons l’avenir des villes intelligentes ouvertes, sont que nous devons cerner les problèmes pouvant être résolus par la technologie, plutôt que d’utiliser la technologie pour trouver des problèmes, que nous devons reconnaître que plus de données ne signifient pas nécessairement une meilleure gouvernance et que nous devons remettre fondamentalement en question le parti pris des villes intelligentes envers l’innovation pour proposer une vision de la ville intelligente pour le bien des villes et de ses résidents. 

De votre point de vue, quel est le lien entre, d’une part, les données et la technologie et, d’autre part, l’engagement civique? 

Les villes constituent l’ordre de gouvernement qui est le plus proche des résidents et où les pratiques de consultation et de participation en matière de gouvernance, de planification urbaine et de développement de projets sont les plus répandues. À Nord Ouvert, nous croyons qu’une ville ouverte intelligente est par définition participative, collaborative et réceptive. Il s’agit d’une ville où l’administration, la société civile, le secteur privé, les médias, le milieu universitaire et les résidents participent de façon importante à la gouvernance et partagent des droits et des responsabilités. Une telle ville engendre une culture de la confiance et de la pensée critique ainsi que des approches équitables, justes, inclusives et éclairées. Il nous faut traduire ces principes en pratiques participatives concrètes qui donnent aux citoyens le pouvoir d’établir à la fois les conditions d’utilisation de la technologie, le but visé par cette utilisation et des normes gouvernementales de transparence et de responsabilisation en matière de gestion de l’information. Le Défi des villes intelligentes du gouvernement du Canada demandait aux villes participantes d’élaborer leurs propositions en collaboration avec les résidents. La Ville de Guelph utilise son logiciel de gestion des relations avec les citoyens pour recueillir les demandes de projet des résidents, qui sont transformées en demandes de propositions de la ville pour des nouvelles technologies. La plateforme de dénonciation de la Ville de Barcelone, Bústia Ètica, permet aux citoyens de dénoncer anonymement et de façon sécuritaire des cas de corruption. En Finlande, la structure nationale de communication de données « Data Exchange Layer » offre une interface (à savoir le site suomi.fi) qui permet aux citoyens de consulter l’information que détient le gouvernement à leur sujet.

Selon vous, quels sont les grands défis auxquels nos villes font face?

La gouvernance et l’interopérabilité des données sont deux défis pressants sur lesquels nous nous concentrons en ce moment. En tant qu’intermédiaire, Nord Ouvert tire parti du renforcement des capacités et des occasions de planification stratégique des villes partenaires pour améliorer l’interopérabilité horizontale et verticale. Les villes sont constituées de réseaux urbains, mais elles sont aussi de plus en plus liées les unes aux autres à divers niveaux. Les données ont un effet multiplicateur. Plus vous avez accès à des ensembles de données de qualité et plus ces ensembles sont liés, plus ils peuvent vous être utiles. Les normes de données généralement reconnues jouent un rôle crucial dans la concrétisation de cet objectif. Il faut donc mieux comprendre les lacunes de l’interopérabilité des données pour que ceux qui recueillent, publient, mettent à jour et utilisent les données puissent les comparer et les utiliser facilement peu importe l’administration et ainsi véritablement s’orienter vers une stratégie et un écosystème de données nationaux exhaustifs.