Skip to content

June 17, 2021

Going green: How sustainable energy creates economic opportunities at the local level

Français

From attracting investments and generating new jobs to keeping dollars in the community, planning for an energy-efficient future transforms local economies for the better.

Countries all around the world are attempting to pull the emergency brake on climate change and Canada will not be left behind.  

Like many of its international counterparts, Canada has adopted a clear legal framework with an ambitious objective: net zero carbon emissions by 2050. To meet these climate goals, policy makers, residents, non-profit organizations and corporations must work together to phase out fossil fuels in favour of sustainable, non-emitting energy sources. With roughly 700 megatons of CO2 produced each year in Canada, there is still much work to be done, but the shift is well underway. 

Local governments across the country are embracing the move to clean energies. Yet, they often struggle to identify next steps and take collective action. With more than 25 years of experience in the energy and utility sector, Rob Kerr, Senior Advisor with Quest and consultant, has worked with many communities, assisting them in their transition to smart energy from planning to implementation. For Kerr, one thing is sure: the transition to renewable energies will profoundly transform local economies for the better. 

Smart energy keeps dollars in the community 

As investors, companies and governments look for clarity in accounting for long-term climate risks and opportunities, they are adapting to the transition of the energy sector from fossil-based systems to renewable energy sources.  

Across Canada, municipalities are trying to find their place in this changing energy landscape. Rob Kerr explains, “Local governments and their communities are key to addressing climate change. In the developed world countries, 50 per cent of carbon emissions are under the control of local governments.”  

Luckily for municipalities, this transformation brings many opportunities at both the economic and technological level. In North America alone, the photovoltaic market – the technology that converts sunlight into electrical energy – is estimated at US $25 billion and the energy retrofit market is estimated at US $12 billion. The district energy market – the systems that distribute thermal energy to multiple buildings in an area or neighbourhood – reaches well into the hundreds of billions of dollars globally.  

“We have witnessed steep curves in sales and manufacturing of energy solutions,” Kerr continues, “and there are new jobs affiliated with these innovations that will have a significant positive impact on local economies. These jobs could be in your community.”  

And to achieve maximum positive impact, it is fundamental to adopt a holistic approach that also takes energy efficiency into account.  

In Canada, the dollars spent on energy per measure of GDP has historically been very high. In the next five years, the city of Guelph, Ontario, is set to spend one million dollars on energy per year – a colossal amount for a community of 135,000 residents. By leveraging currently available technology, this number could be brought down by 25 per cent.  

“If we don’t focus on efficiency, that 25 per cent goes outside of the community to support energy generation and infrastructure elsewhere. By transitioning to smart energy, communities get to keep these dollars local, attract investments and create economic health.”  

Leveraging partnerships to attract investments 

When it comes to becoming a major actor in climate transition, Kerr says it’s all about actioning the levers that already exist in your community.  

“Municipalities often think they’re fully responsible for all aspects of smart energy projects, but governments are just one piece of a collective network. Knowing that takes away a lot of the pressure.”  

When planning for a smart energy transition, lack of funding is often the first concern expressed by communities, Kerr says, but there are creative ways for local governments to address that issue. One of them is to form a municipal corporation, a legal entity that allows municipalities to act like businesses, attract investments and partner with companies as long as they keep the community’s interests in mind. 

“You have to understand that large energy companies, which are worth huge amounts of money, are also investing in green energies. They are transitioning away from traditional energy systems. Instead, they’re trying to get involved with home retrofit programs and other smart energy projects to stay relevant. They can become your business partners and investors.” 

Several municipalities have embraced this solution. In 2011 Sault Ste. Marie, ON, for example, became home of the second largest photovoltaic plant in Canada by leveraging unused land in their community to attract solar energy companies. With limited funding at the time of planning, the city of 73,000 opted to provide land to private energy providers in exchange for capital investment in the project – a resounding success that turned the community into a continental leader in green and renewable energy.  

“Ultimately, ‘how much funding do you have?’ is the wrong question. Every community has resources of different types. It’s all about aligning them.” 

An incremental transition 

Change does not happen overnight, particularly where government is concerned. Kerr acknowledges that there can be a multitude of perceived barriers that can get in the way of municipalities understanding the economic opportunities associated with smart energy planning. As an advisor, he sees his work as articulating where exactly those barriers are and arguing the business case for green energies to get communities on board – a challenging task that has been met with success so far.  

“Often, we perceive barriers to be ideological fights, but in fact, they usually result from mismatched paces of transition,” he explains. 

Kerr stresses the need to approach change management from an empathetic standpoint. “In Ontario, just like in most Canadian provinces, residents rely on a close to 100-year-old utility system. One hundred years of investing in research, infrastructure and distribution channels. When you come along and say ‘we have to change everything’, you obviously get resistance. We have to respect that because it doesn’t benefit anybody to simply abandon investments that have already been made. That’s why we talk about transition.” 

The good news is most municipalities now have an integrated sustainability position, sometimes even a department, within their staff, who are tasked with handling climate adaptation and the transition to renewable energies: “You would be hard-pressed to find a municipality that hasn’t acknowledged the importance of climate change, and that’s a big step in the right direction.”  

 

Rob Kerr is a panelist at the Atlantic Communities Innovation Workshop organized by the Community Solutions Network, a program of Future Cities Canada. 

Innovation Workshops are regional virtual events that bring together municipalities, Indigenous communities, municipal networks, academics, and subject-matter experts to connect, share, and ask questions on how to best use data, tools and processes to advance action on emerging issues around smart energy, climate adaptation and resilience, and broadband connectivity. To learn more, sign up on the Community Solutions Portal. 

 

Passer au vert : comment les sources d’énergie renouvelables stimulent-elles l’économie locale?

Qu’il s’agisse d’attirer des investissements, de créer de nouveaux emplois ou de garder l’argent dans la communauté, la planification d’un avenir écoénergétique présente de nombreux avantages pour l’économie locale.

Partout dans le monde, les pays s’efforcent de mettre un frein aux changements climatiques — et le Canada a bien l’intention de contribuer à l’effort.

Comme plusieurs de ses homologues à l’international, le Canada a adopté un cadre juridique clair visant l’atteinte d’un objectif ambitieux : la carboneutralité d’ici 2050. Cet objectif climatique exigera un effort concerté. Les décideurs politiques, les résidents, les organismes à but non lucratif et les entreprises devront tous mettre la main à la pâte pour éliminer progressivement le recours aux combustibles fossiles, au profit de sources d’énergie renouvelables non émettrices. Avec environ 700 mégatonnes de CO2 produites chaque année au Canada, il reste encore beaucoup de travail à faire, mais le changement est bien amorcé.

Les gouvernements locaux partout au pays adoptent graduellement les énergies propres. Pourtant, la prise de mesures collectives et la planification des étapes à suivre posent encore problème. Cumulant plus de 25 ans d’expérience dans le secteur de l’énergie et des services publics, Rob Kerr, consultant et conseiller principal chez Quest, a travaillé auprès de nombreuses collectivités afin d’assurer leur transition vers une automatisation de la gestion énergétique, de la planification à la mise en œuvre. Une chose est certaine pour Kerr : la transition vers les énergies renouvelables apportera beaucoup aux économies locales.

L’automatisation de la gestion énergétique retient l’argent dans les collectivités

Alors que les investisseurs, les entreprises et les gouvernements cherchent à mieux comprendre les risques et les ouvertures que présente la lutte contre les changements climatiques à long terme, ils continuent d’adapter leurs stratégies à la transition des énergies fossiles aux énergies renouvelables.

Partout au Canada, les municipalités tentent de se tailler une place dans ce paysage énergétique en pleine évolution. Rob Kerr explique : « Les gouvernements locaux et les collectivités qu’ils gèrent sont au centre de la lutte contre les changements climatiques. Dans les pays développés du monde, les gouvernements locaux contrôlent 50 % des émissions de carbone. »

Heureusement pour les municipalités, cette transformation est fort prometteuse, tant sur le plan technologique qu’économique. Rien qu’en Amérique du Nord, on estime que le marché des cellules photovoltaïques — une nouvelle technologie qui permet la conversion de l’énergie solaire en électricité — représente quelque 25 milliards de dollars américains, alors que celui de la rénovation énergétique avoisinerait les 12 milliards. À l’échelle internationale, le marché de l’énergie collective — les réseaux de distribution d’énergie thermique qui alimentent plusieurs bâtiments d’une zone ou d’un quartier — atteint facilement les centaines de milliards de dollars.

« Nous notons une hausse marquée des ventes et de la fabrication de solutions énergétiques », poursuit Kerr, « et les nouveaux emplois liés à ces innovations ne manqueront pas d’affecter positivement les économies locales. Ces emplois pourraient être créés dans votre collectivité. »

Il est essentiel d’adopter une approche d’ensemble qui tienne compte de l’efficacité énergétique si nous voulons maximiser l’impact positif de notre stratégie.

Au Canada, les sommes consacrées à l’énergie par rapport au PIB ont toujours été très élevées. Au cours des cinq prochaines années, la ville de Guelph, en Ontario, s’apprête à dépenser un million de dollars par an en énergie — une somme colossale pour une collectivité de 135 000 habitants. En tirant parti des technologies actuellement disponibles, on pourrait réduire cette dépense de 25 %.

« Si on ne se concentre pas sur l’efficacité, ces 25 % sortent de la collectivité pour financer l’infrastructure et la production d’énergie ailleurs. Le passage à l’automatisation de la gestion énergétique permet aux collectivités de conserver leurs ressources financières, d’attirer les investissements et d’encourager leur propre santé économique.

Tirer parti des partenariats pour attirer les investissements

Lorsqu’il s’agit de se positionner comme acteur majeur de la transition énergétique, Kerr affirme qu’il s’agit de tirer profit des leviers existants dans votre collectivité.

« Les municipalités pensent souvent qu’elles sont seules responsables des projets visant l’amélioration de l’efficacité énergétique. C’est ignorer le fait que les structures gouvernementales ne constituent qu’un aspect du réseau collectif. En rester conscient enlève une bonne partie de la pression. »

Lorsqu’elles s’attaquent à la transition vers une gestion automatisée de l’énergie, les collectivités considèrent souvent le manque de ressources financières comme leur première préoccupation, nous dit Kerr, mais ce n’est rien à quoi un peu de créativité de la part des gouvernements ne saurait remédier. Une solution envisageable consisterait à former une société municipale, une entité juridique capable d’agir comme une entreprise, d’attirer des investissements et de s’associer à d’autres sociétés, tant qu’elles arriment leurs efforts aux intérêts de la collectivité.

« Il faut bien comprendre que les grandes entreprises du secteur de l’énergie, lesquelles valent des sommes astronomiques, investissent elles aussi dans les énergies vertes. Elles s’éloignent graduellement des sources d’énergie traditionnelles et misent de plus en plus sur les programmes de rénovations et autres projets visant l’efficacité énergétique pour demeurer pertinentes. Ces entreprises peuvent constituer pour la vôtre des partenaires ou des investisseurs intéressants. »

Plusieurs municipalités ont d’ailleurs adopté cette solution. Par exemple, en 2011, celle de Sault Ste-Marie, en Ontario, est devenue la deuxième plus grande centrale photovoltaïque au pays en exploitant des terres inutilisées sur son territoire pour attirer les sociétés d’énergie solaire. Considérant la faiblesse de ses ressources lors de la planification, la municipalité de 73 000 habitants a choisi d’offrir de l’espace aux fournisseurs d’énergie privés en échange d’un investissement en capital pour le projet – ce qui s’est soldé en un succès retentissant pour la collectivité, devenue un chef de file continental en matière d’énergie verte renouvelable.

« En somme, se demander “ai-je suffisamment de fonds?” est la mauvaise question à se poser. Les ressources disponibles varient d’une collectivité à l’autre. Tout est une question d’organisation. »

Une transition graduelle

Le changement ne se produit pas du jour au lendemain — tout particulièrement lorsqu’il s’agit du gouvernement. Kerr reconnaît qu’une multitude d’obstacles peut sembler se dresser devant les municipalités qui souhaitent tirer profit des occasions d’affaires que présente l’automatisation de la gestion énergétique. En tant que conseiller, il considère que son travail consiste à repérer clairement ces obstacles, et à faire valoir l’intérêt commercial pour des énergies vertes auprès des collectivités pour que ces dernières prennent le pas – un défi d’envergure qu’il a jusqu’à présent relevé avec succès.

« On a souvent l’impression que les obstacles proviennent de différends idéologiques, alors qu’en fait, ils sont généralement issus d’une disparité entre rythmes de transition », explique-t-il.

Kerr souligne l’importance d’aborder la gestion du changement avec empathie. « En Ontario, comme dans la plupart des provinces canadiennes, le réseau de services publics sur lequel comptent les résidents comptent est vieux de près d’un siècle. C’est cent ans d’investissements dans la recherche, l’infrastructure et les canaux de distribution. On peut difficilement se surprendre de rencontrer de la résistance lorsqu’on arrive et qu’on lance l’idée que tout doit changer. Il est important de demeurer respectueux à cet égard; il n’avantagerait personne de simplement abandonner les investissements existants. Voilà pourquoi on parle de transition. »

La bonne nouvelle est que l’organisation de la plupart des municipalités comporte aujourd’hui un poste – et parfois même un département – qui concerne directement l’intégration des énergies renouvelables et l’adaptation aux changements climatiques. « Il est désormais difficile de trouver une municipalité qui ne reconnaît pas l’importance des changements climatiques. C’est un grand pas dans la bonne direction. »

 

Rob Kerr est panéliste pour l’Atelier d’innovation des communautés de l'Atlantique organisé par le Réseau de solutions pour les communautés, une initiative de Villes d’avenir Canada.

Les Ateliers d’innovation sont des événements virtuels régionaux qui rassemblent les municipalités, les communautés autochtones, les réseaux municipaux, des universitaires et des experts afin que tous se rencontrent, échangent et explorent ensemble divers moyens d’améliorer l’utilisation des données, des outils et des procédés qui s’attaquent aux enjeux émergents en lien avec l'énergie intelligente, la résilience, l’adaptation aux changements climatiques et la connectivité à large bande. Pour en savoir davantage, inscrivez-vous sur le Portail de solutions pour les communautés.