Skip to content

February 11, 2021

How Data Is Key to Addressing Canada’s Housing Crisis

Français

Canadian housing data is often outdated, inconsistent and not openly available. What can we do about that?

If you can’t measure it, you can’t improve it. Canadian cities are in the midst of a housing crisis, yet our housing data is often outdated, inconsistent and not openly available.  

This creates a limited understanding of the housing ecosystem, and a serious barrier to increasing housing supply and securing housing for all. 

What would better housing data look like? For many, it would involve accessing data from across sectors, creating a wider understanding of the many factors that impact housing supply and accessibility in our communities.  

We wanted to dig further into this topic, so we sat down with Sean Gadon, special advisor to the Housing Supply Challenge Support Program, a program led by Evergreen to support applicants of the Housing Supply Challenge

Gadon has decades of experience in the housing sector — working as a tenant organizer, building non-profit and co-operative housing, providing strategic advice to elected officials, and working in an executive capacity in the voluntary sector.  

We discussed the structure of the housing crisis and the importance of gathering data from non-traditional sources.  

Housing in Crisis 

In conversations about the housing crisis, how we measure and analyze data isn’t necessarily the first (or second) topic on most people’s mind. But according to Gadon, it’s critically important. 

“I think that housing data is sort of the essential starting point for the conversation on housing in Canada,” he says. 

That’s because comprehensive data is needed to understand the size and scope of the current crisis. While traditional sources of housing data have focused on the economic performance of housing markets, experts are calling for access to a wider range of data sources, to capture the root causes of barriers to housing. 

“Clearly what we've seen in the last 10-to-15 years, is an increased commodification of housing, detached from households’ ability to pay for it,” says Gadon. “This enhanced commodification has exacerbated our current housing crisis. There is a large and growing income gap, which has presented itself as an affordability gap, with people paying more and more to either rent or own.” 

The burden of that crisis is not shared equally, with low-income, racialized and newcomer residents struggling to access adequate housing in cities across the country.  

“The traditional core housing need definition is a terrific jumping off point in examining the inequities within our housing system,” says Gadon. 

A Quilt of Data 

Having the data to understand these inequalities is essential to addressing them. That means collecting data from across sectors. 

“What we’ve come to understand about housing, and decision making around housing, is that we need multi-disciplinary data,” says Gadon. 

He adds that, outside of traditional data sources like Statistics Canada and the CMHC, relevant data from other sources exists in a “siloed landscape.” 

“We know how valuable the data CMHC and Statistics Canada collects is. The challenge moving forward is to build a better understanding of Canada's housing ecosystem by including and cross referencing the rich and diverse data from other sources,” he says.

What might those data sources look like? Everything from health data to zoning data, data on the interrelationship between race and housing, and much more. 

“The interrelationship between health data, housing data, data related to poverty, data related to long-term forecasting — it’s melding together this quilt of data from different non-traditional sources that will give us a better understanding of the whole housing ecosystem,” he says. 

That understanding will be critical to creating housing solutions for residents who need them most.  

The Housing Supply Challenge 

The housing solutions that can come from better access to, and use of, data are seemingly endless. From visualization dashboards of housing supply indicators, to open data best practices, and even AI tools for data cleansing and standardization, there are countless ways data can be used to address barriers to housing across Canada. 

The Housing Supply Challenge, delivered by the CMHC, encourages residents, stakeholders, and experts from across Canada to propose innovative solutions that help break down the barriers that limit new housing supply. 

The first Challenge Round – Data Driven – invited applicants to submit data solutions or methodologies that provide decision-makers with better information to make housing supply decisions.  

The Housing Supply Challenge Support Program, run by Evergreen, supports applicants of the Housing Supply Challenge by providing guidance, mentorship and the resources needed to develop and improve their submission. 

Learn more about the program today

 

L’importance des données pour remédier à la crise du logement au Canada

Les données canadiennes sur le logement sont souvent dépassées, peu uniformes et difficilement accessibles. Comment pouvons-nous changer cela?

On ne peut pas améliorer ce qu’on ne peut pas mesurer. Alors même que les villes canadiennes connaissent une crise du logement, nos données sur le logement sont souvent dépassées, peu uniformes et difficilement accessibles.

De ce fait, nous ne pouvons pas entièrement comprendre l’écosystème du logement, et nous sommes confrontés à un obstacle majeur pour augmenter l’offre de logement et garantir le logement pour tous.

À quoi ressembleraient de meilleures données sur le logement? Pour bien des gens, cela signifierait avoir accès à des données de divers secteurs afin de permettre une meilleure compréhension des nombreux facteurs qui influent sur l’offre de logement et l’accessibilité du logement dans nos communautés.

Pour en apprendre davantage à ce sujet, nous avons rencontré Sean Gadon, conseiller spécial du Programme de soutien au Défi d’offre de logement, un programme dirigé par Evergreen pour aider les candidats du Défi d’offre de logement.

M. Gadon a à son actif plusieurs décennies d’expérience dans le secteur du logement, en tant qu’organisateur pour des locataires, en matière de construction de logements sans but

lucratif et de coopératives de logement, pour l’offre de conseils stratégiques aux élus et en tant que gestionnaire dans le secteur bénévole.

Nous avons parlé avec lui de la structure de la crise du logement et de l’importance de la collecte de données à partir de sources non conventionnelles.

Crise du logement

Lorsque nous parlons de la crise du logement, la mesure et l’analyse des données ne sont pas nécessairement la première (ou même la deuxième) chose qui nous vient à l’esprit. Toutefois, pour M. Gadon, il s’agit d’un élément crucial.

« À mon avis, on ne peut pas discuter de la question du logement au Canada sans commencer par aborder celle des données sur le logement », explique-t-il.

En effet, des données exhaustives sont nécessaires pour comprendre l’ampleur et la portée de la crise actuelle. Les sources conventionnelles de données sur le logement se concentrent sur la performance économique des marchés du logement, mais les experts préconisent la consultation de sources de données diversifiées pour saisir les causes fondamentales des obstacles au logement.

« Au cours des 10 ou 15 dernières années, nous avons clairement observé une marchandisation accrue du logement, déconnectée du pouvoir d’achat des ménages, qui a exacerbé la crise actuelle du logement. On remarque un écart de revenu important et grandissant, qui se manifeste par un écart d’abordabilité, et les résidents paient toujours plus pour louer ou devenir propriétaires » décrit M. Gadon.

Le fardeau de cette crise n’est pas réparti également. Les résidents à faible revenu, racisés et nouvellement arrivés ont

difficilement accès à des logements adéquats dans les villes de l’ensemble du pays. « La définition classique des besoins impérieux en matière de logement est un excellent point de départ pour examiner les iniquités au sein de notre système de logement », affirme M. Gadon.

Une mosaïque de données

Il est essentiel d’avoir accès à des données permettant de comprendre les inégalités pour pouvoir y remédier. Il faut donc recueillir des données provenant de divers secteurs.

« Nous avons fini par comprendre que lorsqu’il est question de logement et de prise de décisions concernant le logement, nous avons besoin de données multidisciplinaires », explique M. Gadon.

Il ajoute qu’outre les sources de données classiques telles que Statistique Canada et la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), il existe d’autres sources de données pertinentes dans cet « environnement en vase clos ».

« Nous connaissons la valeur des données recueillies par la SCHL et par Statistique Canada. Le défi qui nous attend consiste à développer une meilleure compréhension de l’écosystème canadien du logement en incluant et en recoupant entre elles les données riches et diverses provenant d’autres sources », explique-t-il.

Quelles peuvent être ces autres sources de données? Il peut s’agir de données sur la santé, sur le zonage, sur la corrélation entre la race et le logement, et plus encore.

« Les corrélations entre les données sur la santé, le logement, la pauvreté et les prévisions à long terme, entre autres, constituent une mosaïque de données de différentes sources non conventionnelles qui nous aidera à mieux comprendre l’ensemble de l’écosystème du logement », affirme M. Gadon.

Cette compréhension sera essentielle à la création de solutions de logement pour les résidents qui en ont le plus besoin.

Le Défi d’offre de logement

Un meilleur accès aux données et une meilleure utilisation de celles-ci semblent pouvoir engendrer une infinité de solutions de logement. Des tableaux de bord de visualisation des indicateurs d’offre de logement aux pratiques exemplaires en matière de données ouvertes, en passant même par les outils d’intelligence artificielle pour le nettoyage et la normalisation de données, il existe d’innombrables manières de mettre à profit les données pour s’attaquer aux obstacles au logement partout au Canada. Le Défi d’offre de logement, mené par la SCHL, invite les citoyens, les intervenants et les experts de partout au Canada à proposer des solutions novatrices aux obstacles qui limitent la création de logements.

Le premier cycle du Défi, « Fondé sur les données », a invité les candidats à soumettre des solutions de données ou des méthodes permettant aux décideurs de prendre des décisions plus éclairées en matière d’offre de logement.

Le programme de soutien au Défi d’offre de logement, mené par Evergreen, aide les candidats du Défi en leur offrant de l’encadrement, du mentorat et des ressources afin de mettre sur pied et d’améliorer leur dossier. Apprenez-en davantage sur le programme dès aujourd’hui.