Skip to content
woman wearing a blue shirt smiling holding cell phone in front of an accessibility door

July 17, 2020

Indigenous-led company Appdigenous is creating accessible smart cities, one app at a time

Français

Leaders and changemakers coast-to-coast are quick to identify their communities’ most pressing issues. For Melissa Lunney, founder of Appdigenous Development Inc. and creator of the iOT app Doorable, and a Mi'kmaw woman from Fredericton, NB, that issue is accessibility, both in a traditional sense around physical spaces, but also virtual accessibility, especially for the Indigenous nations in Atlantic Canada. In New Brunswick, disability rates hover around 30-40 per cent of the population – a figure which increases for Indigenous communities, who have specific needs that are often overlooked.

Melissa Lunney, founder of Appdigenous and Doorable.

Why Doorable?

Doorable is an app that bridges virtual and physical accessibility. Doorable enables users to wirelessly open accessible doors from an app on their phone, allowing them much more ease of use and time to pass through the door safely. It also goes one step further, helping users locate available accessible doors for entry to buildings.

The idea to create Doorable came to Lunney when she was enrolled in a mobile app making course. At this time, she observed a woman ahead of her who was using a wheelchair to enter a building. Lunney noted that the push to open door opened awkwardly on the same side as the button, and was difficult for the woman to re-position herself to safely enter in time before the door began to automatically close, risking her being hit by the doors. It was clear to Lunney that many older buildings were not originally planned and built with accessibility in mind. As Lunney points out, “The buttons are a fix on mistake. They made all these buildings and they aren’t truly accessible.” Lunney already knew she intended to make apps more accessible, and in doing more research with Indigenous and disabled communities, she decided that Doorable would be one of the first apps she would create.

Doorable app interface

Partnerships and collaboration the keys to success

After completing the mobile application course with Joint Economic Development Initiative (JEDI), she was accepted into their business accelerator program for Indigenous entrepreneurs. With their help and support she was able to access funding from the New Brunswick Innovation Foundation (NBIF). With the assistance of the Research and Productivity Council (RPC) prototypes were created and installed in the City of Fredericton. Collaborating with St. Mary’s First Nation and City of Fredericton, a finalist for the Infrastructure Canada’s Smart Cities Challenge in 2018, helped Lunney to succeed in creating Doorable. Lunney also worked closely with Blue Spurs to develop the first generation of the app. Ability New Brunswick and the Stan Cassidy Centre for Rehabilitation were other key partners, who helped Lunney ensure her initial research and survey of user needs honed in on their most pressing issues and assist in with the engineering needs of app creation. Lunney has seen amazing early impacts from the pilot project with the City of Fredericton, noting that there has been a growing awareness of the practical inaccessibility of push-to-open doors. She shared these experiences during the Community Solutions Network’s Collision Day in Moncton, NB.

The next steps for Doorable

There are some pivotal next steps for Lunney and Doorable. In the short term, Doorable needs to be refined and tested to create a more seamless user experience. Doorable also needs to partner with other municipalities to install hardware and roll out more prototyping. And as Lunney points out, in the era of COVID-19, contactless ways of opening doors take on even more urgency.

In addition to app creation, Lunney also works full-time as the Market Access Officer at JEDI developing and implementing business incubator and accelerator programs, helping other Indigenous entrepreneurs succeed. Lunney is also a young cancer survivor, and it is her personal healing journey that deeply informs the empathy, compassion and drive she exhibits in all her projects. She wants to help other cancer survivors succeed in business.

Her lived experience, and the lived experiences of other Indigenous peoples, are unique. Lunney points out that Indigenous people have different, valuable perspectives in creating smart cities and are social innovators at their core. They are “doing good for their communities and for their families and for the earth. And just by existing, they’re benefitting the planet, and I think we need to support them more.”

For these innovators, community needs are always top of mind.

 

Innovations for the future of smart cities

Lunney has an inspiring, incredible vision for the future of Doorable and Appdigenous. She wants to eventually train and lead a whole team of Indigenous coders and app-makers, and she sees this as a strong avenue to generate more employment Indigenous people with mobility issues. She has countless ideas to create a broad range of apps to realize her vision of accessible, smart cities – noting that right now “they don’t really have a lot of data on this stuff right now. I think if we had a precise picture of what our whole community actually looks like, then we can start solving challenges and problems that we didn’t know existed.”

According to Lunney, smart cities need to invest in and prioritize accessibility at the beginning of planning, and cities should be in competition with one another to create the most accessible city.  And through this shift, she hopes that Appdigenous can tackle each most pressing accessibility issue, from developing apps that display sidewalks cleared of snow and ice in real time to Google maps including the fastest, most accessible route in trip planning. For Lunney, merging technology with tradition can build more accessible, livable and prosperous cities for all.

                                                                                                     

L’entreprise autochtone Appdigenous crée des villes intelligentes accessibles, une application à la fois

La fondatrice Melissa Lunney raconte comment l’application Doorable change les villes.

D’un océan à l’autre, les leaders et les acteurs du changement cernent rapidement les problèmes urgents dans leurs communautés. Melissa Lunney, fondatrice d’Appdigenous Development Inc., créatrice de l’application Doorable et membre de la communauté Mi’kmaq de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, s’intéresse au problème de l’accessibilité, tant au sens classique du terme en ce qui a trait aux espaces physiques qu’au sens virtuel, particulièrement pour les nations autochtones du Canada atlantique (lien en anglais). Au Nouveau-Brunswick, le taux d’incapacité au sein de la population se situe autour de 30 % à 40 %, ce pourcentage étant plus élevé au sein des communautés autochtones, dont les besoins particuliers sont souvent négligés.

Melissa Lunney, fondatrice d’Appdigenous et de Doorable

Pourquoi Doorable?

L’application Doorable fait le lien entre l’accessibilité virtuelle et l’accessibilité physique en permettant aux utilisateurs d’ouvrir une porte accessible grâce à une connexion sans fil au moyen d’une application installée sur leur téléphone, leur laissant ainsi plus de temps pour la franchir facilement et en toute sécurité. Elle leur permet également de localiser les portes d’immeuble accessibles.

Melissa a eu l’idée de créer Doorable pendant qu’elle suivait un cours de conception d’applications mobiles. En effet, c’est à cette période qu’elle a vu une femme entrer dans un immeuble en fauteuil roulant. Elle a remarqué que la porte s’ouvrait du même côté que le bouton sur lequel il faut appuyer pour l’actionner et que la femme devait se repositionner afin d’entrer dans l’immeuble sans être percutée par la porte avant qu’elle se referme automatiquement. Il ne faisait aucun doute qu’il ne s’agissait pas du seul immeuble n’ayant pas été conçu et construit dans un souci d’accessibilité. « Ces boutons ne sont qu’un moyen de corriger une erreur, on a construit tous ces immeubles sans vraiment penser à l’aspect de l’accessibilité. », fait‑elle remarquer. Melissa avait déjà l’intention de rendre les applications plus accessibles, et c’est après s’être renseignée auprès des communautés autochtones et des personnes handicapées qu’elle a su que Doorable figurerait parmi ses premières applications.

Interface de l’application Doorable

Les partenariats et la collaboration : les clés du succès

À la fin de son cours de conception d’applications mobiles auprès de l’Initiative conjointe de développement économique (ICDE), Melissa a été acceptée au programme d’accélérateur d’entreprises pour les entrepreneurs autochtones (lien en anglais). Grâce à l’aide et au soutien de l’ICDE, elle a obtenu du financement de la Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick (FINB). Le Conseil de la recherche et de la productivité (RPC) a quant à lui aidé à la création et à l’installation de prototypes dans la ville de Fredericton. La création de Doorable a été rendue possible grâce à la collaboration avec la Première Nation de St. Mary et la Ville de Fredericton, qui ont été finalistes au Défi des villes intelligentes d’Infrastructure Canada en 2018. En outre, Melissa a travaillé en étroite collaboration avec Blue Spurs afin de développer la première version de l’application. D’autres partenaires importants, soit l’organisme Capacité Nouveau-Brunswick et le Centre de réadaptation Stan Cassidy, ont aidé Melissa à entreprendre ses recherches, à réaliser une enquête ciblant les besoins les plus pressants des utilisateurs et à prendre en charge les aspects techniques liés à la création d’une application. Le projet pilote réalisé avec la Ville de Fredericton a eu des résultats préliminaires impressionnants, et Melissa a remarqué une sensibilisation accrue au problème d’accessibilité que posent les portes automatiques. Elle a fait part de ces expériences aux personnes présentes à la journée de collision du Réseau de solutions pour les communautés, qui s’est déroulée à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Les prochaines étapes

Les étapes à venir seront cruciales pour Melissa et son application. À court terme, Doorable doit faire l’objet d’essais et d’une mise au point pour que l’expérience utilisateur soit plus conviviale. Des partenariats doivent être établis avec d’autres municipalités pour installer du matériel et réaliser un plus grand nombre d’activités de prototypage. Par ailleurs, comme le souligne Melissa, la possibilité d’ouvrir une porte sans contact en cette période de pandémie de COVID-19 revêt un caractère plus urgent encore.

Outre la création d’applications, Melissa travaille à temps plein à titre d’agente d’accès aux marchés à l’ICDE, où elle élabore et met en œuvre des programmes d’incubateur et d’accélérateur d’entreprises, aidant ainsi d’autres entrepreneurs autochtones à réussir. Melissa est une jeune survivante du cancer, et son processus de guérison influence grandement l’empathie, la compassion et le dynamisme dont elle fait preuve dans tous ses projets. Elle veut aider les autres survivantes et survivants du cancer à réussir en affaires.

Son expérience est unique, comme le sont celles des autres membres des communautés autochtones. Elle fait remarquer que les peuples autochtones ont un point de vue distinct et utile en ce qui a trait à la création de villes intelligentes et qu’ils sont intrinsèquement des innovateurs sociaux. Selon elle, ces peuples contribuent au bien de leurs communautés, de leurs familles et de la Terre, leur existence à elle seule est bénéfique à la planète, et il faut les soutenir davantage.

Pour les innovateurs autochtones, les besoins de la communauté figurent toujours au premier plan.

L’innovation pour l’avenir des villes intelligentes

En ce qui a trait à l’avenir de Doorable et d’Appdigenous, Melissa a une vision inspirante et audacieuse. Un jour, elle aimerait former et diriger une équipe de programmeurs et de concepteurs d’applications autochtones. Elle y voit un moyen efficace de créer des emplois pour les personnes autochtones ayant un problème de mobilité. Ses idées pour créer un large éventail d’applications afin de concrétiser sa vision d’une ville intelligente accessible sont innombrables. Elle fait par ailleurs remarquer que les données en la matière sont actuellement insuffisantes, et qu’un portrait exact de la communauté dans son ensemble permettrait de surmonter des défis et de résoudre des problèmes dont on ignorait l’existence.

Selon elle, les villes intelligentes doivent investir dans l’accessibilité et en faire une priorité dès le début de la planification, et devraient se faire concurrence à ce sujet. Ainsi, elle espère qu’Appdigenous sera en mesure de résoudre les problèmes d’accessibilité les plus urgents, par exemple en développant des applications qui affichent en temps réel sur Google Maps les trottoirs déneigés et déglacés et proposent les itinéraires les plus rapides et accessibles pour la planification d’un trajet. Pour Melissa, c’est grâce à l’alliance de la technologie et de la tradition que tous pourront vivre agréablement dans des villes plus accessibles et prospères.