Skip to content
A group of people problem solving an issue at a table. Image Credit: Image: Ismail Esen
Image: Ismail Esen Image Credit: Image: Ismail Esen

May 15, 2019

Pour des consultations inclusives

Pour élaborer des programmes efficaces et inclusifs qui favorisent l’essor des villes, il est d’abord nécessaire d’obtenir des avis pertinents, aussi bien de citoyens que de groupes communautaires et de bâtisseurs urbains. Les villes et les organisations sont de mieux en mieux équipées pour organiser des consultations, y compris auprès d’un grand nombre de personnes, mais elles doivent aussi veiller à ce que ces activités soient inclusives et permettent de recueillir une diversité de points de vue.

Les consultations sont souvent publiques, ou réalisées auprès d’un segment particulier de la population. Malgré cela, les cadres consultatifs traditionnels ne permettent pas d’entendre toutes les personnes concernées. Dans bien des cas, les participants sont parmi les plus engagés sur le plan communautaire. Si on n’écoute que leur voix, il est impossible de se faire une idée globale de la population, particulièrement lorsque celle-ci est diversifiée.

Les modes de consultation traditionnels peuvent parfois être restrictifs, intimidants ou inaccessibles. Il peut donc être nécessaire de prendre des mesures d’adaptation pour réduire le plus possible les obstacles à la participation.

Divers moyens peuvent être employés pour accroître l’inclusivité d’une consultation, y compris les suivants :

  • rencontrer les gens dans leur milieu, par exemple en organisant les rencontres ou les ateliers dans un espace ou un lieu de rencontre important du quartier. Il peut également être avantageux d’organiser la consultation dans le cadre d’un programme existant. Il faut toutefois éviter de demander aux participants éventuels de venir de loin, ou de s’attendre à ce qu’ils le fassent;
  • élaborer la consultation de façon à obtenir les renseignements les plus utiles. Pour y arriver, il ne faut pas hésiter à s’écarter des modèles traditionnels, comme les ateliers et les sondages, et à être créatif;
  • informer et outiller la population, par exemple en faisant appel à des membres expérimentés de votre équipe, notamment celles et ceux qui communiquent aisément avec n’importe qui, pour faire de la sensibilisation auprès du public et lui donner les moyens de prendre les décisions nécessaires;
  • boucler la boucle de rétroaction en veillant à ce que les renseignements recueillis pendant la consultation et tout rapport connexe soient transmis à la population consultée;
  • être respectueux, et tenir compte des contraintes de temps auxquelles font face les nombreuses personnes qui cumulent les emplois tout en s’occupant de leur famille ou qui s’efforcent simplement de satisfaire les besoins fondamentaux des leurs. Ces personnes vous font don de leur savoir, témoignez-leur votre reconnaissance.

Le bureau de Vancouver d’Evergreen met diverses stratégies de mobilisation inclusive à l’essai dans le cadre de son projet de mobilisation des populations vulnérables concernant le risque climatique. Ce projet vise à recueillir, à la source, l’avis des populations vulnérables, y compris des résidents du quartier Downtown Eastside et des personnes âgées, afin de comprendre et de réduire leur vulnérabilité aux effets du changement climatique.

Il s’agit d’une initiative novatrice mise sur pied pour aider les populations vulnérables ou directement touchées à faire face au défi complexe que représente l’adaptation au changement climatique. Le projet vise notamment les personnes itinérantes ou dont la situation de logement est précaire ainsi que les personnes âgées à faible revenu, à mobilité réduite, fragiles ou qui maîtrisent peu l’anglais.

Au Canada, les populations vulnérables n'ont généralement pas été consultées concernant leur adaptation au changement climatique, contrairement aux États‑Unis, où certaines mesures ont été prises à cet effet. La plupart des travaux qui s’intéressent aux répercussions du changement climatique sur les populations vulnérables sont des études universitaires axées sur l’analyse de données touchant surtout à la chaleur, et non pas la consultation ni l’écoute des personnes vulnérables dans une optique d’amélioration éclairée des politiques.

Le projet sur le risque climatique vise à mobiliser les segments les plus vulnérables de la population de Vancouver, mais pour y arriver, il est essentiel de les intégrer au processus. Nombre d’activités originales ont été organisées pour consulter cette population cible et en savoir plus sur ses expériences de vie, ses besoins, ses priorités et ses intérêts, afin d’être en mesure d’élaborer les outils, les programmes et les stratégies d’adaptation qui lui seront le plus utiles.

Les activités suivantes sont notamment prévues :

  • goûters-causeries;
  • célébration nocturne de la beauté de l’été;
  • jeu-questionnaire estival;
  • sondages assistés;
  • ateliers sur la santé avec conférenciers;
  • activité de soins pour animaux de compagnie;
  • célébrations communautaires.

Il est facile de croire qu’en tenant une consultation publique, on obtient un portrait fidèle de la population, mais en réalité, les participants les plus actifs ne représentent souvent qu’une petite partie de la collectivité concernée.

En portant une plus grande attention aux modalités de nos consultations publiques, et en mettant en place des stratégies permettant de rejoindre l’ensemble de la population visée, notre démarche de mobilisation sera plus inclusive et fructueuse, ainsi que plus profitable à nos travaux et à la collectivité ciblée.