Skip to content
Story number 4 banner of a park with social distancing

July 10, 2020

Resilient Cities, Post COVID-19: Urban Planning

Français

Pandemics have a history of changing the built form. The spread of infectious diseases related to overcrowding is one of the reasons urban planning was established as a practice. This time will be no different.  

Data has shown us that new immigrants and people with lower incomes are at higher COVID-19 risk in Toronto. Connections between poverty and COVID-19 have been analyzed elsewhere, including Montreal. In City Building through Social Inclusion, Ayana Webb notes that “COVID-19 has made obvious that whiteness and wealth are actually the first lines of defence in the fight against COVID-19, and that many of the virus’ issues are simply amplifications of long-standing social structures that disadvantage and oppress specific communities.” The built form, the ways in which our communities have been developed, who this design has benefitted and who it has failed are major contributors to the disproportionate impacts of COVID-19.  

How can the infrastructure stimulus spending coming out of this pandemic serve communities that for too long have been underserved? This could mean ensuring that investment goes to what award-winning placemaker and author Jay Pitter has termed forgotten densities -- residential areas characterized by overcrowded and poorly maintained buildings with inadequate transportation options. This could mean ensuring that everyone – regardless of class or race – has equal access to public parks, green spaces and leisure activities. This could mean a dramatic increase in the supply of affordable housing in our cities. It could mean that communities in our cities’ inner suburbs are better connected by a mix of transportation options that are safe, affordable, and convenient.  

In the fourth and last of this series, we’re focusing on urban planning and how the design of our cities may shift in response to COVID-19 and the many inequities it has laid bare. 

Urban Planning 

Create flexible communities, neighbourhoods and green spaces that reinforce healthy behaviours and that protect and support future generations.  

Keywords:  mobility;  housing;  density;  greenspace;  public space ; safe streets 

                                                                                                     

New housing possibilities   

Michelle German is the Vice President of Policy and Strategy at WoodGreen Community Services 
Toronto, Ontario 
 

Many of the things government and private industry have said historically are 'not possible' have happened over night. We have moved 1,200 people out of the shelter system, taken on 11 hotels across the City of Toronto and found ways to accommodate people living on the street by setting up portable washrooms and showers, and are now quickly building hundreds of modular housing units on publicly owned land.

This should illuminate for folks 'what is possible' and how we may ensure that everyone has a safe and suitable place to live in our cities.  

Governments can be enablers by de-risking new ventures and leveraging their resources. There is an opportunity for acquisition of bricks and mortar housing to be converted or protected as affordable in perpetuity. Governments at all levels can create an acquisition fund to take on multi-residential buildings and/or hotels that are being sold off and then work with non-profit housing providers to make them available for affordable housing in perpetuity.

The City could demonstrate leadership in the acquisition space by developing a municipal tool (e.g. loan facility) that could be leveraged alongside Canada Mortgage and Housing Corporation (CMHC) funding or on its own. This would be capital available to assist securing property in the short term that gets financed out as CMHC comes in. This could also take the form of a simple loan guarantee in support of philanthropic or other non-profit investment in acquisition. 

                                                                                                     

Home as a sanctuary 

Steffan Jones, Vice President of Innovation, CMHC 
Ottawa, Ontario 

As we all shelter in place to prevent the spread of COVID-19, the idea of home as a sanctuary has never been more pertinent. It’s clear that we can only successfully rebuild from this crisis if we take decisive, urgent action to boost the supply of affordable rental housing in our cities. 

Canada’s 10-year, $55-billion National Housing Strategy, provides strong momentum, and CMHC is proud to be delivering on this historic plan that engages all levels of government. Municipalities can continue to help by accelerating approvals, contributing land and/or waiving fees and taxes for affordable housing developments.  

But the housing challenges faced by our cities are complex – and we need to do more. In all sectors, we need to mobilize and ask ourselves: How can we innovate and do better? How can we make housing safer? More affordable? More environmentally sustainable?   

                                                                                                     

Flexible density  

Anthony Townsend is the Founder and President of Star City Group and author of Smart Cities: Big Data, Civic Hackers, and the Quest for a New Utopia  
New York, New York  

I am most focused on a set of ad hoc and strategic responses that are trying to create what I call "flexible density". We aren't going to abandon cities. Density is just too useful and efficient. But we are going to have to make cities flexible enough to allow people to spread out whenever the threat of pandemic, terror, heat waves, or whatever threat we may face. We already have a lot of the tools—telework, on-demand and flexspace services and spaces. The challenge will be translating that into an agenda for government. Culturally, I think there will be a lot of pressure and demand to accommodate this. Having had a taste of remote work and more flexible schedules, many people in the knowledge workforce aren't going to want to go back to employer-mandated commutes on a business week schedule. I should also note, none of this bodes well for conventional mass transit. People are going to be reluctant to travel in tight quarters with larger numbers of strangers. Those who can, will avoid it. Few people in the West know this, but it was SARS that spurred the rise of the Chinese e-bike industry in the 2000s. Workers on the urban fringe didn't want to be on buses anymore, and bike makers quickly realized that batteries for a 15-20 km commute were now available. The rest is history. Expect more kinds of adaptive innovation as people look for alternatives to trains and buses.   

                                                                                                        

Parks as core urban infrastructure 

Dave Harvey is the Executive Director of Park People  
Toronto, Ontario  

We’ve seen an unprecedented use and appreciation of parks and trails. The pressure on our park systems glaringly highlights insufficient access to public greenspace in many neighbourhoods. Going forward, I believe we’ll see stronger measures from government to enhance the provision of parks and more integrated thinking on how the creative use of the broader public realm can connect and augment our park systems.  

                                                                                                     

Stewarding assets locally 

Mallory Wilson is the Managing Director and Co-Founder of Entremise Montreal 
Montreal, Quebec 

For those of us whose missions are about shifting the paradigms of inequality in cities, we cannot go on with business as usual as the COVID-19 crisis continues to disproportionately affect lower-income and marginalized communities. The need for adequate and affordable space to live, work and play for everyone in cities will become a priority, as the consequences have been serious, on our health and the economy. Governments will wake up and recognize that the “free-market” is a theory, one that has failed to redistribute wealth and resources adequately and equitably throughout the 21st century. We are ready for new theories and new plans, such as Elinor Ostrom’s Nobel prize winning Theory of the Commons, where the most economically and ecologically viable way of stewarding an asset is done locally, by the users themselves. Governments will begin to see the error of selling-off public assets for short-term financial gain, as massive debts will seem increasingly difficult to pay down on the balance sheet, while public assets will be transitioned into common assets to support more livable, sustainable and equitable cities. 

 

More on this:  

                                                                                                     

Des villes résilientes après la COVID-19 : planification urbaine

Par le passé, les pandémies ont contribué à changer les modèles de construction. La planification urbaine a vu le jour notamment en raison de la propagation des maladies infectieuses causée par le surpeuplement. La pandémie actuelle aura certainement des répercussions, elle aussi.

Des données montrent qu’à Toronto, les nouveaux immigrants et les personnes à faible revenu sont plus à risque de contracter la COVID-19 que le reste de la population. Ces liens entre la pauvreté et la COVID-19 ont été constatés ailleurs, y compris à Montréal. Dans son article City Building through Social Inclusion (en anglais), Ayana Webb souligne que la pandémie de COVID-19 a mis en lumière le fait que les personnes blanches et bien nanties constituent en réalité les premières lignes de défense contre la COVID-19 et que de nombreux problèmes liés au virus découlent inévitablement des structures sociales bien ancrées qui désavantagent et asservissent certaines collectivités. Les modèles de construction, les manières dont nos collectivités ont été créées ainsi que le fait que ces modèles avantagent certaines personnes et en négligent d'autres figurent parmi les principaux facteurs ayant contribué aux répercussions disproportionnées de la COVID-19.

Comment pouvons-nous nous assurer que les dépenses de relance visant les infrastructures et résultant de la pandémie servent les collectivités trop longtemps désavantagées? En veillant par exemple à ce que le financement favorise ce que la spécialiste de l’aménagement de l’espace public (placemaker) et auteure primée Jay Pitter appelle les « densités oubliées » (forgotten densities), c’est-à-dire les zones résidentielles caractérisées par des immeubles surpeuplés et mal entretenus et par des possibilités de transport insuffisantes. En offrant à tous un accès égal aux parcs publics, aux espaces verts et aux activités de loisir, sans tenir compte de la classe sociale ni de la race. En accroissant de façon considérable l’offre de logements abordables dans nos villes. En mettant en place diverses options de transport sûres, abordables et pratiques pour permettre aux gens des collectivités des banlieues proches de se déplacer plus facilement.

Pour ce quatrième et dernier article de la série, nous nous concentrons sur la planification urbaine, sur comment la manière de concevoir nos villes pourrait changer en réponse à la pandémie de COVID-19 ainsi que sur les inégalités que cette pandémie a révélées.

Planification urbaine

Créer des espaces verts, des quartiers et des collectivités flexibles qui renforcent les comportements sains en plus de protéger et de soutenir les générations à venir.

Mots-clés : mobilité; logement; densité; espaces verts; espaces publics; sécurité dans les rues

                                                                                                     

Nouvelles options en matière de logement

Michelle German est vice-présidente des politiques et des stratégies à WoodGreen Community Services
Toronto, Ontario

De nombreuses mesures que le gouvernement et les entreprises privées ont toujours qualifiées d’« impossibles » à prendre ont été mises en place du jour au lendemain. Nous avons retiré 1 200 personnes du réseau d’hébergement d’urgence, transformé 11 hôtels dans la ville de Toronto et trouvé des manières de soutenir les personnes sans-abri en installant notamment des toilettes et des douches portatives. De plus, la construction rapide de centaines de logements modulaires sur des terres publiques est en cours.

La population devrait maintenant avoir une meilleure idée de ce qui fait partie du « domaine possible » et de ce qu’il faut faire pour offrir à tous un accès égal à un logement sûr et adéquat dans nos villes.

Les gouvernements peuvent jouer un rôle de facilitateurs en la matière en réduisant les risques liés aux nouveaux projets et en mettant leurs ressources à contribution. Il est possible d’acquérir des logements traditionnels et de les convertir ou de les protéger afin qu’ils demeurent abordables à perpétuité. Chaque ordre de gouvernement peut créer un fonds permettant d’acquérir des immeubles à logements multiples et des hôtels mis en vente, puis collaborer avec des fournisseurs de logement sans but lucratif afin d’en faire des logements perpétuellement abordables.

La Ville peut faire preuve de leadership en matière d’acquisition d’espaces en créant un outil municipal (p. ex. des facilités de prêt), à utiliser parallèlement ou non au financement de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). Ainsi, du capital sera disponible pour aider à financer à court terme les propriétés dans l’attente du financement de la SCHL. La Ville peut aussi offrir de simples garanties de prêt pour soutenir les investissements philanthropiques ou sans but lucratif pour les acquisitions.

                                                                                                     

La maison comme refuge

Steffan Jones est vice-président, Innovation, de la SCHL
Ottawa, Ontario

En cette période de confinement visant à prévenir la propagation de la COVID-19, l’idée de concevoir la maison comme un refuge est plus pertinente que jamais. Il est clair que seules des mesures d’urgence témoignant d’une résolution et visant à accroître l’offre de logements abordables dans les villes nous permettront de nous relever de cette crise.

La Stratégie nationale sur le logement du Canada, qui prévoit un investissement de 55 milliards de dollars étalé sur dix ans, fait considérablement progresser ce dossier, et la SCHL est fière de mettre en œuvre cette stratégie sans précédent mobilisant tous les ordres de gouvernement. Les municipalités peuvent continuer d’offrir de l’aide en accélérant les approbations, en cédant des terrains ou encore en éliminant les frais et les taxes pour les projets de logements abordables.

Les défis auxquels les villes font face en matière de logement sont complexes, et d’autres mesures doivent être prises. Dans tous les secteurs, nous devons nous mobiliser et nous nous demander comment nous pouvons innover et faire mieux et comment nous pouvons rendre le logement plus sûr, plus abordable et plus durable.

                                                                                                     

Densité flexible

Anthony Townsend est le fondateur et président de Star City Group (« * city group ») et auteur de Smart Cities: Big Data, Civic Hackers, and the Quest for a New Utopia [Villes intelligentes : mégadonnées, pirates civiques et la quête d’une nouvelle utopie]
New York, New York

Dans le cadre de mon travail, je me concentre sur un ensemble de réponses ponctuelles et stratégiques visant à créer ce que j’appelle la « densité flexible ». Nous n’allons pas déserter les villes; leur densité est très utile et comporte de nombreux avantages. Nous allons cependant devoir rendre nos villes plus flexibles afin de permettre aux gens de se disperser, notamment en cas de menace de pandémie, de terrorisme ou de canicule. Nous disposons déjà d’un bon nombre de solutions, comme le télétravail ainsi que de services et d’espaces flexibles et offerts à la demande. Le défi consistera à transposer ces solutions sous la forme de programmes gouvernementaux. D’un point de vue culturel, je crois qu’il y aura beaucoup de pressions et de demandes pour mettre en œuvre ces programmes. Bon nombre de travailleuses et de travailleurs du savoir ayant fait l’expérience du télétravail et d’un horaire plus flexible ne seront plus nécessairement disposés à se déplacer du lundi au vendredi pour accomplir le travail hebdomadaire qui leur est confié. J’aimerais également souligner que ces changements n’augurent rien de bon pour le transport collectif traditionnel. En effet, les gens seront peu enclins à voyager dans des espaces restreints achalandés, et ceux qui peuvent les éviter le feront. Le fait est peu connu en Occident, mais c’est l’épidémie de SRAS qui a favorisé l’essor de l’industrie du vélo électrique en Chine dans les années 2000. Les travailleuses et les travailleurs de la banlieue ne voulaient plus se déplacer en autobus; les fabricants de vélos ont très vite constaté que les batteries sur le marché permettaient de parcourir des distances de 15 à 20 kilomètres. La suite est bien connue. Au moment où les gens cherchent des solutions de rechange aux déplacements en train et en bus, on peut s’attendre à voir l’offre en matière d’innovation adaptative se diversifier.

                                                                                                     

Les parcs comme infrastructure urbaine essentielle

Dave Harvey est directeur général de l’organisme Amis des parcs
Toronto, Ontario

Ces derniers temps, nous avons assisté à une fréquentation et à une valorisation sans précédent des parcs et des sentiers. La pression qui s’exerce actuellement sur nos systèmes de parcs met en évidence l’accès insuffisant aux espaces verts publics dans de nombreux quartiers. À l’avenir, je crois que les gouvernements adopteront des mesures rigoureuses pour améliorer l’offre en la matière et amener une réflexion mieux intégrée concernant la manière dont l’utilisation créative des espaces publics au sens large peut relier et renforcer nos systèmes de parcs.

                                                                                                     

Gestion des biens à l’échelle locale

Mallory Wilson est directrice générale et cofondatrice d’Entremise (Montréal)
Montréal, Québec

Pour celles et ceux d’entre nous dont la mission est de faire changer les paradigmes des inégalités dans nos villes, il est impossible de maintenir le statu quo à mesure que la crise de la COVID-19 continue de frapper de manière disproportionnée les collectivités marginalisées et à faible revenu. La pandémie ayant eu de sérieuses conséquences tant sur notre santé que sur l’économie, l’accès à un espace de vie, de travail et de divertissement qui soit adéquat et abordable pour tous deviendra une priorité. Les gouvernements devront se rendre à l’évidence : le « marché libre » ne fonctionne qu’en théorie, et il n’a pas permis de redistribuer les richesses et les ressources d’une manière équitable et adéquate en ce début de siècle. Il est temps de mettre en œuvre de nouveaux plans et théories, comme la Theory of the Commons [théorie de la gouvernance des biens communs] d’Elinor Ostrom, lauréate du prix Nobel. Selon cette théorie, la façon la plus viable de gérer un bien sur les plans économique et écologique est à l’échelle locale, par les utilisateurs eux-mêmes. Les gouvernements finiront par reconnaître que le fait de vendre des biens publics pour réaliser des gains financiers à court terme est une erreur. Les dettes colossales au bilan deviendront de plus en plus difficiles à rembourser. Les biens publics quant à eux peuvent être convertis en biens communs et ainsi favoriser la création de villes durables et équitables où il est plus agréable de vivre.