Skip to content
Banner for the series with an image of Canada's parliament building in the background.

May 13, 2020

Resilient Cities, Post COVID-19: Rewriting Policy

Français

COVID-19 has prompted governments at all levels to move faster than ever before. The immediate and palpable severity of the situation means that governments were able to gain fairly broad consensus from residents to use all the strategies at their disposal to contain the pandemic and mitigate the socio-economic impacts of social distancing. We’ve seen national eviction bans and suspensions, unprecedented federal wage supports and a boost in essential workers' pay, and investment in modular homes to house homeless populations. Many of these rapid solutions have people asking: why did it take a pandemic for us to use these tools? Which policies, programs, and investments should last beyond this pandemic? 

Evergreen, Future Cities Canada and many others are beginning to explore what COVID-19 could mean for the future of Canadian cities. The hope is that this work unearths promising steps toward re-opening our cities, mitigating future risks and impacts, and seizing opportunities presented by this crisis to build truly equitable and resilient cities. 

As a first step towards this, we reached out to city-builders and community leaders from across the country for their perspectives on this question: How will COVID-19 change the future of cities? 

Getting to work... 

There have been many predictions about the future of cities after COVID-19, but ultimately, that future will be ours to define. Redefining our cities means that communities will need to advocate for their needs, that researchers will need to make sense of the data, that politicians will need to support bold new ideas, that organization leaders will need to rethink their service delivery, and that policy-makers will need to entertain new approaches to old problems. So far we have done a good job of acknowledging the gravity of the issues that COVID-19 has laid bare and finding quick short-term solutions to many of them. Our next priority is getting to work on long-term solutions that will far outlast this moment.  

In the first of this series, we heard about Strengthening Communities. In this article, we’re focusing on rewriting policy.

Rewriting Policy  

Revisit policies that prevent our cities and communities from flourishing; define a bold new vision for our cities based on promising global policy and emergent policy innovations in crisis response.  

Keywords:  equity;  green space;  people first;  access;  design;  behaviour change;  planning  

                                                                                                     

We Cannot Go Back to Normal  

Niklas Agarwal works at the intersection of climate action and urbanism. He was first connected to Evergreen through the Future City Builders program.  
Toronto, Ontario  

COVID-19 will change the future of cities by showing us that we cannot go back to “normal.” Normal was never good enough. We couldn’t afford to pay rent, transit prices kept on going up, young people were entering an unstable job market defined by gig jobs and short term contracts, cities around the world were choking on pollution, people went unhoused while homes sat empty, essential workers were underpaid and overworked, and our public spaces came second to cars. When I dream of the future of cities, I see cities recognizing that these emergencies are ongoing, permanently implementing and expanding policies we’ve gained in this time, and prioritizing the needs of everyday residents. This crisis has shown us that our dreams for the future of our cities are possible - it just takes political will.    

                                                                                                         

City services don't need to play hard to get    

Andrew Do is a Service Designer at the City of Austin . 
Austin, Texas (formerly Toronto, Ontario)  

Imagine yourself needing renter's assistance but then not being able to produce or find that one pay stub or tax slip you need to prove you're eligible. Why do the services our cities offer for its residents seem to play so hard to get?   

It is true that oftentimes the services cities deliver are on behalf of other governments but it's the city that hires that call center agent, that person managing the email inbox or that person over the counter to help residents. The quick response of the government to COVID shows that the services and benefits don't need to play hard to get ⁠— don't need onerous means-testing to screen for eligibility upfront, especially when services are hard to offer in-person. May our cities post-COVID and the many dedicated municipal workers who see day-in and day-out what onerous means-testing can do to discourage our residents be the forefront of ending this game of playing hard to get.   

                                                                                                        

Not Setback nor Restart, but Reset  

Keren Perla is a Fellow at States of Change, working to pioneer new ways to solve governments biggest global challenges.  
Edmonton, Alberta  

While the pandemic emergency is, appropriately so, front and center of our news feeds as well as our hopes and fears, it reflects a much broader reality where countries and leaders are “waging war” on a series of separate yet related crises, all stemming from our inability to live sustainably (Donella Meadows, Beyond the Limits). What distinguishes the pandemic is how it has connected us in a global, shared experience that cuts across all boundaries. The pandemic is our common enemy; one shocking enough to our human systems as to potentially spur a reset.    

History shows us that cities are one of humankind’s most enduring and stable forms of social organization. So, we must never overlook the ability of our cities to evolve and reinvent themselves, and COVID-19 will likely accelerate changes that have been brewing in our cities for a long time. And this could break different ways, making things better or worse, as cities emerge from this uncanny, uncertain pause. Given current climate scenarios, deep seated economic inequalities, and a second virus wave on the horizon, I believe this prolonged downturn will catalyze the need and time to trial new economic models that can contribute to more resilient societies.   

My hope is that here in Canada the pandemic sows […] seeds that extend beyond recovery. It’s a question […] about designing for resilience that still needs to [be] asked, and it’s the local governments that can spark and amplify a much needed space for solutions. Coming out of this will not be simple, and most cities have been smashed into the immediate now. But the fact remains: a vision for redesign matters.    

So even now, as we manage the urgent needs, our municipalities must bring forward what this experience is teaching us – about empathy and connection, and community well-being – and bake the potential of new operating models of citizenship into their mandates for the future.  

                                                                                                        

Beyond Response, Into Recovery  

Staff members at the Suncor Energy Foundation.
Calgary, Alberta  

COVID-19 has potential to change the seemingly impossible into the possible. This pandemic shows we can change habits and behaviours, and take collective action for a greater good. It also demonstrates that collective action requires the participation of everyone: leaders to articulate what’s needed; governments to set policy in support of those needs; organizations and businesses to offer their strengths in support; and individuals to make behavioural changes. Along the way, we have gained greater respect for the new and unlikely heroes who are emerging: those that typically held little power are now essential. A culture of caring has arisen in many areas. All the while, technology has allowed many to stay home and safe, expand and redefine our sense of place (less need to travel to be together), and connect us with others in meaningful ways (e.g., those of us privileged to still be working have more insight into colleagues’ homes and personal lives). Less flying or driving means fewer emissions, and we are noticing the return of “wildness” – in the form of wildlife visiting our neighbourhoods and via our own increased presence in the outdoors.   

Can these early changes be sustained in a post-COVID context? We hope so. But the behaviours we adopt, the policy decisions we make, and the structures we rebuild will need to be mindful of this potential – lest we instead see increased focus on borders, barriers, anxiety, and “us versus them” mindsets. Certainly, we recognize within all the positives there is also fear and grief. We feel it too. Learning from past crises, it will be necessary not to think we’re “done” when the response phase of this emergency is over. If cities are to be stronger after COVID-19, the leadership, policies, leveraging of strengths, and changing of behaviours will need to be rallied beyond response into recovery and re-imagining as we rebuild structures, mindsets, trust and resiliency. 

More on this:  

Des villes résilientes après la COVID-19 : réécriture des politiques

La COVID-19 a poussé les gouvernements de tous les échelons à agir plus vite que jamais. La gravité immédiate et palpable de la situation a permis aux gouvernements d’obtenir l’accord d’une assez grande partie des citoyens concernant l’utilisation de toutes les stratégies à leur disposition pour contenir la pandémie et limiter les répercussions socio-économiques de l’éloignement social. Il y a eu des interdictions et des suspensions d'expulsion dans tout le pays, une aide salariale et un complément salarial pour les travailleurs essentiels sans précédent de la part du gouvernement fédéral ainsi qu’un investissement dans des maisons modulaires pour héberger les sans-abri. En constatant la rapidité avec laquelle ces solutions ont été mises en œuvre, beaucoup se posent les questions suivantes : pourquoi a-t‑il fallu une pandémie pour que nous puissions utiliser ces outils? Quelles politiques, quels investissements et quels programmes devraient être maintenus après la pandémie?

Evergreen, Villes d’avenir Canada et de nombreuses autres initiatives commencent à explorer ce que la COVID-19 pourrait signifier pour l’avenir des villes canadiennes. Nous espérons que ce travail permettra de découvrir des façons prometteuses de rouvrir nos villes, d’atténuer les répercussions et les risques futurs et de saisir les occasions créées par la crise de bâtir des villes réellement équitables et résilientes.

Dans un premier temps, nous avons communiqué avec les acteurs de l'aménagement urbain et les leaders communautaires du pays pour connaître leur point de vue sur cette question : comment la COVID-19 changera-t‑elle l'avenir des villes?

Mettons-nous au travail...

Beaucoup de prédictions sont faites au sujet de l’avenir des villes après la COVID-19, mais au bout du compte, c’est à nous de définir cet avenir. Redéfinir nos villes signifie que nos communautés devront défendre leurs besoins, que les chercheurs devront comprendre les données, que les politiciens devront soutenir de nouvelles idées audacieuses, que les dirigeants des organisations devront repenser leur prestation de services et que les décideurs politiques devront envisager de nouvelles approches pour régler de vieux problèmes. Jusqu’à présent, nous avons pu reconnaître la gravité des problèmes révélés par la situation de la COVID-19 et nous avons été en mesure de trouver des solutions à court terme pour beaucoup d’entre eux. Notre prochaine priorité est de trouver des solutions durables à très long terme.

Dans le premier article de cette série, nous avons abordé le renforcement des communautés. Dans cet article, nous examinons la réécriture des politiques.

Réécriture des politiques

Réévaluer les politiques qui empêchent nos villes et nos communautés de prospérer; définir une nouvelle vision audacieuse pour nos villes fondée sur une politique globale prometteuse et sur des innovations stratégiques concernant l’intervention en cas de crise.

Mots-clés : équité; espaces verts; les personnes d’abord; accès; conception; changements de comportement; planification.

                                                                                                                         

Nous ne pouvons pas retourner à une vie normale

Niklas Agarwal travaille au carrefour de l’action climatique et de l’urbanisme. Il a collaboré pour la première fois à Evergreen par l’intermédiaire du programme Future City Builders.
Toronto, Ontario 

La COVID-19 changera l’avenir de nos villes en nous montrant que nous ne pouvons pas retourner à une vie « normale ». Une vie normale n’a jamais été assez bien. Les gens n’avaient pas les moyens de payer leur loyer, le prix du transport en commun augmentait sans cesse, les jeunes entraient sur un marché du travail instable défini par des emplois de courte durée et des contrats à court terme, les villes du monde entier étaient étouffées par la pollution, des gens devenaient sans-abri pendant que des maisons étaient inoccupées, les travailleurs essentiels étaient sous-payés et surchargés, et les voitures avaient plus d’importance que les espaces publics. Quand je rêve à l’avenir des villes, je vois des villes qui reconnaissent que ces urgences sont continues, qui mettent en œuvre et à l’échelle de façon permanente les politiques créées par la situation et qui donnent la priorité aux besoins de l’ensemble des citoyens. Cette crise nous montre que nos rêves concernant l’avenir des villes sont réalisables. Il suffit que la volonté politique soit présente.

                                                                                                                    

Il ne devrait pas être difficile de profiter des services des villes

Andrew Do est concepteur de service dans la Ville d’Austin.
Austin, Texas (anciennement à Toronto, Ontario) 

Imaginez que vous ayez besoin d’aide relativement à votre loyer, mais que vous soyez incapable de produire ou de trouver le talon de paie ou le feuillet d’impôt nécessaire pour prouver que vous y êtes admissible. Pourquoi est‑il si difficile pour les citoyens de profiter des services offerts par nos villes?

Il est vrai que certains services offerts par les villes le sont pour le compte d’autres échelons administratifs, mais ce sont les villes qui embauchent les agents des centres d’appels, les personnes qui gèrent les courriels et celles qui servent les citoyens au comptoir. L’intervention rapide du gouvernement concernant la COVID-19 montre que rien ne justifie qu’il soit difficile de profiter des services et des prestations et que l’examen des ressources soit contraignant pour évaluer l’admissibilité en amont, surtout si les services sont difficiles à offrir en personne. Espérons qu’après la crise de la COVID-19, les villes et les nombreux travailleurs municipaux dévoués, qui voient jour après jour à quel point un examen des ressources contraignant peut décourager les citoyens, seront à l’avant-plan pour faciliter l’accès aux services.

                                                                                                         

Pas un recul ni un recommencement, mais une réinitialisation

Keren Perla est membre de States of Change et travaille à la mise au point de nouvelles façons de résoudre les défis mondiaux complexes des gouvernements.
Edmonton, Alberta 

La pandémie est, avec raison, le sujet central de nos fils de nouvelles, et même de nos espoirs et de nos peurs, mais elle reflète une réalité plus large où les pays et les dirigeants « mènent une guerre » au sujet de crises à la fois distinctes et liées, qui découlent toutes de notre incapacité de vivre de façon durable (Donella Meadows, « Beyond the Limits »). Ce qui distingue la pandémie, c’est qu’elle nous a rassemblés dans une expérience mondiale qui dépasse toutes les frontières. Nous avons un ennemi commun : la pandémie. Cet ennemi est si traumatisant pour nos systèmes humains qu’il a le potentiel de provoquer une réinitialisation.

L’histoire montre que les villes sont l’une des formes d’organisation sociale de l’humanité les plus résistantes et les plus stables. C’est pourquoi il ne faut pas négliger la capacité de nos villes d’évoluer et de se réinventer, et la pandémie de COVID-19 est susceptible d’accélérer les changements qui s’y préparaient depuis longtemps. Ces changements pourraient se produire pour le meilleur ou pour le pire à mesure que les villes sortent de cette parenthèse troublante et incertaine. Compte tenu des scénarios actuels en matière de climat, des inégalités économiques profondément ancrées et de la deuxième vague du virus à l’horizon, je crois que ce ralentissement prolongé créera le besoin et l’occasion de tester de nouveaux modèles économiques qui peuvent contribuer à rendre les sociétés plus résilientes.

J’espère qu’ici, au Canada, la pandémie jettera […] les fondations qui permettront d’aller au-delà du rétablissement. Il faut se poser la question […] de la conception d’un système visant la résilience, et ce sont les gouvernements locaux qui sont en mesure de concevoir et d’amplifier un espace indispensable pour trouver des solutions. La sortie de crise ne sera pas facile, et la plupart des villes ont été poussées à y réagir dans l’immédiat. Il n’en demeure pas moins que la restructuration de la société doit s’appuyer sur une vision.

Ainsi, dès maintenant, alors que les municipalités font face à l’urgence, elles doivent tirer les leçons de cette expérience sur les plans de l’empathie, de nos relations et du bien-être des communautés, et définir de nouveaux modèles opérationnels de citoyenneté à intégrer dans leurs mandats dans le cadre d’une vision à long terme.

                                                                                                         

Aller au-delà de la réaction, contribuer au rétablissement

Kelli Stevens est membre du personnel de la Fondation Suncor Énergie.
Calgary, Alberta 

La crise de la COVID-19 peut rendre possible ce qui semblait impossible à réaliser auparavant. La pandémie montre que nous pouvons changer nos habitudes et nos comportements et que nous pouvons agir collectivement pour le bien commun. Elle démontre aussi que l’action collective nécessite la participation de tous : des dirigeants pour exprimer les besoins, des gouvernements pour établir des politiques répondant à ces besoins, des organisations et des entreprises pour offrir leur capacité d’action, et des particuliers pour procéder à des changements comportementaux. La situation a fait en sorte que de nouveaux héros improbables ont gagné notre respect. Ces personnes avaient habituellement peu de pouvoir et elles sont maintenant essentielles. Une culture de la bienveillance s’est développée dans beaucoup de domaines. Pendant ce temps, la technologie a permis à beaucoup de personnes de rester chez elles en sécurité, de redéfinir notre rapport à l’espace (voyages moins nécessaires pour être en présence de quelqu’un) et de communiquer avec les autres de façon significative (p. ex. les personnes qui ont le privilège de pouvoir continuer à travailler en savent plus sur la vie personnelle et le foyer de leurs collègues). Moins d’avions dans le ciel et moins de voitures sur les routes signifie moins d’émissions de gaz. On remarque aussi le retour de la nature sauvage : des animaux de la faune se promènent dans nos quartiers, ou nous les voyons dans nos sorties accrues à l’extérieur.

Ces changements peuvent‑ils perdurer après la pandémie? Nous l’espérons. Les comportements que nous adoptons, les décisions stratégiques que nous prenons et les structures que nous rebâtissons doivent tenir compte de ces nouvelles possibilités qui s’offrent à nous, sans quoi nous pourrions assister à une importance accrue donnée aux frontières et aux obstacles, à une augmentation du sentiment d’angoisse et de la mentalité de défiance vis-à-vis de l’autre. Bien sûr, malgré tous les aspects positifs, la peur et l’abattement sont aussi présents. On peut le sentir. Il faut tirer des leçons des crises passées et savoir qu’il y aura encore beaucoup à faire après la phase de réaction à l’urgence. Pour qu’après la pandémie, les villes soient plus fortes, le leadership, les politiques, l’exploitation de nos forces et le changement de nos comportements doivent être mis à profit non seulement pour réagir à la crise et nous rétablir, mais aussi pour repenser nos structures et nos mentalités et renforcer notre confiance et notre résilience.