Skip to content

April 30, 2020

Resilient Cities, Post COVID-19: Strengthening Communities

Français

COVID-19 is already creating irrevocable change in our communities. Threats we’ve detected and discounted due to skepticism are now changing how we relate, connect, and interact with one another and our environments. Initiatives we’ve championed for ages with little traction are now quickly taking shape around us as required innovations in our new context. We're seeing makeshift bike lanes on routes typically dominated by carsgovernment funds helping to house homeless populations across the country, and accelerated rollout of internet in rural areas

Evergreen, Future Cities Canada and many others are beginning to explore what COVID-19 could mean for the future of Canadian cities. The hope is that this work unearths promising steps toward re-opening our cities, mitigating future risks and impacts, and seizing opportunities presented by this crisis to build truly equitable and resilient cities. 

As a first step towards this, we reached out to city-builders and community leaders from across the country for their perspectives on this question: How will COVID-19 change the future of cities?  

A people-first approach… 

Across all the responses we showcased, we are struck by the importance placed on principles of equity, access and people-first communities. There is consensus that we cannot build strong and resilient communities if many of the people in them face barriers to satisfying basic needs. The chronic stresses that communities face – like homelessness and housing unaffordability, underfunded or inefficient public transit systems, food insecurity and clean water shortages, social isolation, lack of internet access, and unemployment -- are all amplified during times of crisis.  

Equity cuts across the different themes these city builders explored, and as people continue to think about the future of cities – whether it be a conversation about public space, transit, housing, public health, education, municipal budgets, governance, or technology – they should continue to centre equity and social inclusion. Future Cities Canada aims to do exactly that - bring together people, ideas, platforms and innovations from across sectors to address one of the most pressing issues of our time, inequality. 

In the first of this series, we’re focusing on strengthening communities. 

Strengthening Communities 

Identify weaknesses in our current social systems; uplift vulnerable populations and reinforce social connections and supports that allow all Canadian residents to thrive. 

Keywords: equity; governance; wellness; resilience; people-first 

                                                                                                     

Toward a Deeply Embedded Sense of Community 

Nadine Sookermany is the Executive Director of Women’s Health Clinic in Winnipeg. Nadine has spent over a decade in the non-profit sector working to end gender-based violence. 
Winnipeg, Manitoba 

When I consider how this moment will change the future of cities, I remind myself that this question isn't really about cities - the focus must be on communities and the ways this 'pandemic' has excluded and disconnected so many from their own communities - whether it be local, cultural, geographic, demographic and so much more. This moment has illustrated the myriad of ways we treat and most often exclude the most 'vulnerable' in our cities and speaks volumes about what we need to pay most attention to beyond COVID.   

We must collectively ensure this crisis does not leave long-standing impacts on our communities - that we don't continue to 'socially' or physically distance ourselves from those who are different from us - exacerbating class, race and other differences that create distance - but rather should truly bring us together. My hope is for true compassion and a more deeply embedded sense of community and social responsibility towards one another - as we were 'all in this together' - truly consider who we mean by ALL - during COVID and beyond. 

                                                                                                       

We Are Only as Safe as... 

Erika Shea is the Vice President of Development at New Dawn Enterprises, where she works to engage community to create a culture of self-reliance. 
Cape Breton, Nova Scotia 

Cities in Canada have very different resources/capacities with which to respond to the challenges and opportunities revealed by COVID-19, and so will change differentially. While no city has unlimited resources, some will be able to respond much more proactively. Others will struggle, more than ever in the wake of COVID-19, to provide basic services and infrastructure to their residents.  

We hope that this pandemic sparks a multi-level re-evaluation of the social contract in Canada and that the three levels of government ask themselves the question: what is it that all human beings need to be well?  

We hope that in planning for future crises, cities will understand that (1) these kinds of events highlight, impact according to, and make worse existing inequalities and (2) we are all only as safe as the least protected among us.    

The lessons we have begun to learn over the last few weeks are complex and their solutions call for coordination between levels of government. Among these lessons are the importance of access to: a guaranteed basic income, good housing, a home free of violence, clean water, healthcare, public health, mental health services, well-regulated seniors care, good affordable food, the arts, high speed Internet, and green space/nature. These are areas that, if targeted in post-recovery public spending, can help to bring about more just, equitable, and resilient cities and communities.  

Cities have been intimate witnesses to both the devastation and the human goodness brought about by COVID-19 and now have a moment in which to reconstruct themselves in a way that lessens the former and nurtures the latter. 

                                                                                                       

Who Gets to Thrive? 

Samantha Matters is the Director of Ancestral Services at Future Ancestors Services. Samantha is an academic, published Indigenous researcher, and foresight strategist of Métis ancestry. 
Edmonton, Alberta 

The coronavirus pandemic we are currently witnessing is highlighting the many inequities and unjust systems that exist within our cities during times of normalcy; this pandemic positions them directly in our field of view. Housing security, access to financial support, and the ability to adapt to advised working conditions are not experienced equally.   

While it is impossible to predict how COVID-19 will change the future of cities, it is highly likely that as cities recover, a new normal will emerge. COVID-19 presents the opportunity to critically evaluate the root causes of systemic inequity and reimagine a better future. In doing so, we must all ask ourselves: who gets to thrive in this city, and who might be left behind? 

                                                                                                       

More on this: 


Des villes résilientes après la COVID-19 : renforcement des communautés

La COVID-19 provoque déjà des changements irréversibles dans nos communautés. Les menaces que nous avions détectées et qui ont été ignorées en raison d’un certain scepticisme modifient maintenant nos relations et nos communications avec les autres ainsi que nos interactions avec notre environnement. Les initiatives que nous soutenions depuis longtemps et qui recevaient peu d’intérêt sont aujourd’hui nécessaires et prennent forment rapidement. On voit des pistes cyclables improvisées sur des routes habituellement dominées par les voitures, des fonds du gouvernement pour donner un hébergement aux sans-abri du pays et un déploiement accéléré de l'Internet dans les régions rurales.

Evergreen, Villes d’avenir Canada et de nombreuses autres initiatives commencent à explorer ce que la COVID-19 pourrait signifier pour l’avenir des villes canadiennes. Nous espérons que ce travail permettra de découvrir des façons prometteuses de rouvrir nos villes, d’atténuer les répercussions et les risques futurs et de saisir les occasions créées par la crise de bâtir des villes réellement équitables et résilientes.

Dans un premier temps, nous avons communiqué avec les acteurs de l'aménagement urbain et les leaders communautaires du pays pour connaître leur point de vue sur cette question : comment la COVID-19 changera-t‑elle l'avenir des villes?

Une approche axée sur les personnes

Dans toutes les réponses présentées, nous constatons que l’importance est largement accordée aux principes d’égalité, d’accès et de communautés axées sur les personnes. Tous s’entendent sur le fait que nous ne pouvons pas bâtir des communautés fortes et résilientes si beaucoup des personnes qui y vivent font face à des obstacles pour subvenir à leurs besoins fondamentaux. Les stress chroniques vécus par les communautés sont tous amplifiés en temps de crise. Citons notamment l’itinérance et le prix trop élevé des logements, les réseaux de transport en commun sous-financés ou inefficaces, l’insécurité alimentaire et les pénuries d’eau propre, l’isolement social, l’absence d’accès à Internet et le chômage.

La question de l’équité est présente dans les différents thèmes abordés par les acteurs de l’aménagement urbain. Les gens qui pensent l’avenir des villes doivent axer leur réflexion sur l’équité et l’inclusion sociale, que ce soit pour les espaces publics, le transport en commun, le logement, la santé publique, l’éducation, les budgets municipaux, la gouvernance ou la technologie. C’est exactement l’objectif de Villes d’avenir Canada : rassembler des personnes, des idées, des plateformes et des innovations de tous les secteurs pour s’attaquer à l’un des problèmes le plus urgents de notre époque, l’inégalité.

Dans le premier article de cette série, nous examinons le renforcement des communautés.

Renforcement des communautés

Cerner les faiblesses de nos systèmes sociaux actuels; améliorer le sort des populations vulnérables ainsi que renforcer le soutien et les liens sociaux qui permettent à tous les Canadiens de s’épanouir.

Mots-clés : équité; gouvernance; bien-être; résilience; les personnes d’abord.

                                                                                                     

Vers un profond sentiment d’appartenance à la communauté

Nadine Sookermany est directrice générale de la Women’s Health Clinic de Winnipeg. Elle a œuvré pendant plus de dix ans dans le secteur à but non lucratif pour mettre fin à la violence basée sur le genre.
Winnipeg, Manitoba 

Quand je pense à la façon dont cette période changera l’avenir des villes, je dois me rappeler que la question ne concerne pas vraiment les villes. L’attention doit être portée sur les communautés et sur la façon dont la pandémie a exclu tellement de personnes de leurs propres communautés, notamment sur les plans local, culturel, géographique et démographique. Cette période illustre les multiples façons dont nous traitons et excluons souvent les plus vulnérables dans nos villes, et en dit long sur ce à quoi nous devons le plus prêter attention après la pandémie.

Nous devons nous assurer collectivement que cette crise n’affecte pas nos communautés à long terme, faire en sorte de ne plus nous éloigner socialement ou physiquement de ceux qui sont différents de nous, de ne plus exacerber les différences, notamment entre les classes et les races. La crise doit plutôt nous rassembler. J’espère que nous ferons preuve d’une vraie compassion et verrons se développer un profond sentiment d’appartenance à la communauté et de responsabilité sociale commune. Nous sommes tous ensemble confrontés à cette épreuve. Nous devons réfléchir à ce que nous entendons par « tous », pendant et après la pandémie.

                                                                                                     

Nous ne sommes collectivement en sécurité que si...

Erika Shea est vice-présidente au développement de New Dawn Enterprises, où elle travaille dans le but d’inciter les communautés à créer une culture d’autonomie.
Cap-Breton, Nouvelle-Écosse 

Les villes du Canada disposent de ressources et de capacités très différentes pour relever les défis et saisir les possibilités découlant de la crise de la COVID-19. Les mesures qu’elles prennent ne seront donc pas identiques. Aucune ville ne possède des ressources illimitées, mais certaines pourront réagir de façon beaucoup plus proactive que d’autres. D’autres villes auront plus de difficulté que jamais à fournir les services et les infrastructures de base à leurs citoyens après la crise.

Nous espérons que cette pandémie provoquera une réévaluation globale du contrat social au Canada et que les trois paliers de gouvernement se demanderont de quoi les êtres humains ont tous besoin pour se sentir bien.

Nous espérons également que dans la planification de la réaction aux prochaines crises, les villes comprendront ceci : 1) ce genre d’événement met en évidence et accentue les inégalités existantes et engendre des impacts en fonction de ces inégalités, 2) nous ne sommes collectivement en sécurité que si les personnes les moins protégées le sont aussi.

Les leçons que nous commençons à tirer de ces dernières semaines sont complexes, et les solutions nécessitent une coordination entre les paliers du gouvernement. Ces leçons comprennent l’importance de l’accès aux domaines et aux services suivants : revenu de base garanti, bon logement, milieu de vie sans violence, eau propre, soins de santé, services de santé publique, services en santé mentale, services de soins aux personnes âgées bien règlementés, aliments santé abordables, arts, Internet haute vitesse et espaces verts ou nature. Ces domaines et ces services, s’ils font l’objet de dépenses publiques après le rétablissement, pourront aider les villes et les communautés à être plus justes, plus équitables et plus résilientes.

Les villes ont vu au plus près la dévastation et la bonté humaine découlant de la crise de la COVID-19. Elles ont maintenant l’occasion de se reconstruire de façon à en réduire les retombées négatives et à en accroître les conséquences positives.

                                                                                                     

Qui pourra s’épanouir?

Samantha Matters est directrice des services liés à l’héritage ancestral de Future Ancestors Services. Samantha est membre du milieu universitaire, chercheuse autochtone dont le travail a été publié et stratège en matière de prospectives d’origine métisse.
Edmonton, Alberta 

La pandémie du coronavirus que nous vivons met en évidence les nombreuses inégalités et injustices systémiques dans nos villes en temps normal. Elle les place directement dans notre champ de vision. La certitude d’avoir où se loger, l’accès à du soutien financier et la capacité de s’adapter aux conditions de travail recommandées ne sont pas les mêmes pour tous

Bien qu’il soit impossible de prédire comment la crise de la COVID-19 changera l’avenir des villes, il est très probable qu’une nouvelle normalité émergera à mesure qu’elles se rétabliront. La pandémie donne l’occasion d’évaluer de façon critique les causes profondes des inégalités systémiques et de repenser un avenir meilleur. Nous devons donc tous nous demander qui pourra s’épanouir en ville, et qui pourrait être laissé pour compte.